La menace Boko Haram
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1499 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Depuis son accession aux indépendances, l’Afrique est confrontée à deux problèmes majeurs qui freinent son développement : l’insécurité alimentaire et la mauvaise gouvernance. Mais un troisième facteur, non moins négligeable est venu contrecarrer les objectifs de développement du millénaire. Il s’agit des luttes armées qui rongent les budgets des états. L’ardoise militaire fragilise tout le continent qui doit s’armer, non plus contre la menace extérieure, mais contre l’ennemi de l’intérieur.

L’ennemi de l’intérieur, dans sa sournoiserie abjecte, peut prendre des formes variées : le tribalisme, les affrontements confessionnels et depuis quelques années, le djihad. Le djihad est la menace la plus barbare qui frappe, sans distinction, les populations. A travers une croisade aveugle et sauvage, Boko Haram s’est ajoutée aux maux redoutables que l’Afrique aurait pu éviter. Cette menace est la traduction logique des indicateurs sociaux liés à l’incapacité du continent à enrayer l’insécurité alimentaire et l’injustice.

Boko Haram ou l’islamisation forcée de l’Afrique

Le Nigeria est présenté comme un géant de l’Afrique dont la manne pétrolière fait jaser le reste du continent. Sa population est estimée aujourd’hui à 175 millions d’habitants. Mais, que fait ce « grand pays » de ses revenus pétroliers ? Dans son dernier rapport, Transparency International classe le Nigeria à la 139 position sur 174 pays les plus corrompus au monde.

Boko Haram est né des ambiguïtés des différents régimes qui ont dirigé ce pays depuis son indépendance. Le pétrole a apporté à ce pays beaucoup d’argent. Il a permit l’émergence d’une nouvelle classe sociale. Mais, paradoxalement, cette manne financière a créé des inégalités flagrantes dans le pays. Les régions du Nord ont été les plus défavorisées. Un fossé s’est creusé entre le Nord musulman et le Sud chrétien et animiste.

L’injustice sociale, toujours ignorée par les gouvernements successifs, a conduit les irréductibles, les bannis et les oubliés du Nord à se replier sur eux-mêmes. C’était une occasion inespérée pour les cercles de confession musulmane à distiller un discours radical auprès d’une population désemparée et affamée. Bokom Haram est né et s’est allié à Al Qaida. Ses filiales s’appellent aujourd’hui Séléka et autres…

Boko Haram a pu s’organiser très rapidement. Aidé par certains pays du Golf, ce mouvement criminel a aussitôt annoncé la couleur : faire du Nigeria un Etat musulman où sera appliquée la Charia. Boko Haram dispose de gros moyens. La complicité des populations est évidente. La pauvreté a créé une solidarité sans faille entre les démunis et les oubliés du gâteau à partager.

La menace régionale

Boko Haram s’est bien implantée. Le gouvernement fédéral est à l’origine des actes barbares de cette organisation. En effet, la solution militaire ne peut mettre fin à une barbarie qui a pris racine. Les injustices, la corruption et la cherté de la vie ont radicalisé Boko Haram.

Le voyage de François Hollande au Nigeria et son soutien affiché contre l’organisation terroriste Boko Haram viendront-ils à bout de la violence ? Certainement pas. La lutte contre Boko Haram peut se gagner à moyen terme. Pour cela, il faut mettre fin aux injustices sociales en cours, à la corruption, aux inégalités entre le Nord et le reste du pays.

Aucune solution militaire ne viendrait à bout de Boko Haram. Mais le risque d’une exportation de cette guerre dans les pays voisins est évident : la contagion frontalière. Le Cameroun, la Centrafrique, le Tchad, le Niger et le Bénin qui comptent une grande population musulmane sont des cibles potentielles.

Le discours de François Hollande ne pourra déstabiliser Boko Haram. L’engagement de la France en Afrique ne pourra mettre fin à une escalade militaire que si elle est liée à des actes forts qui mettront fin à la gabegie des dirigeants des pays concernés. La priorité de l’Afrique est de lutter contre la pauvreté avec un programme de développement bien défini qui associe tous ses enfants. Ce programme est clair et en harmonie avec les Objectifs de Développement du millénaire :

1- Eliminer l’extrême pauvreté et la faim,
2- Assurer l’éducation,
3- Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes,
4 & 5- Réduire la mortalité infantile et améliorer la santé maternelle,
6- Combattre le VIH/Sida, le paludisme et d’autres maladies,
7- Assurer un environnement durable,
8- Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

Ces engagements sont majeurs. Ils sont bien définis. Nous ne pouvons les ignorer longtemps en comptant sur l’aide de nos amis dont les intérêts sont opposés.



vendredi 28 février 2014

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement