Décès du poète et médecin haïtien Jean Métellus à l'âge de 77 ans

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1219 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Jean Métellus vivait à Bonneuil mais son rayonnement dépassait les frontières du Val-de-Marne. Le poète haïtien est décédé, samedi, à l’âge de 76 ans. Neurologue de profession, il avait émigré en France en 1959 lors de l’instauration de la dictature des Duvalier. Son oeuvre littéraire foisonnante et nourrie de références à son pays d’origine avait été saluée par la profession.

"Au pipirite chantant", c'est par ce joli nom que Jean Métellus s'est fait connaître en tant que poète. Ce recueil de poésie qui évoque Haïti, ce pays tant aimé par Jean Métellus, trônait sur la table de nuit d'André Malraux qui venait de mourir. Le fameux ministre de la Culture du général de Gaulle n'aura pas eu le temps de voir grandir l'œuvre de Métellus. C'est un vétéran de l'édition, Maurice Nadeau, décédé en juin dernier à l'âge de 102 ans qui a choisi de publier ce recueil. Maurice Nadeau avait du nez. Jean Métellus ne l'a pas déçu.

Une famille de 15 frères et soeurs à Jacmel

Jean Métellus est né le 30 avril 1937 à Jacmel en Haïti d'une famille de 15 frères et soeurs. Son père dirigeait une boulangerie industrielle. A 20 ans, le jeune Métellus enseigne les mathématiques de 1957 à 1959, au lycée Célie Lamour de sa commune natale. Mais le régime de François Duvalier, plus connu sous le nom de Papa Doc le pousse à partir en France.

Spécialiste des troubles du langage

En France, le jeune homme se lance dans des études de médecine, il se spécialise en neurologie. Jean Métellus aime les mots et se passionne pour les troubles du langage tels que la dyslexie, le bégaiement ou encore l'aphasie. Docteur en médecine en 1970, docteur en linguistique en 1975, il exerce successivement à la Pitié Salpêtrière à Paris, à Henri Mondor à Créteil puis à l'hôpital Emile Roux à Limeil-Brévannes, toujours en banlieue parisienne.

Une femme blanche et protestante

Malgré un parcours remarquable en France, Jean Métellus ne s'est jamais vraiment remis de son exil forcé. Dans son site jeanmetellus.com, ce père de trois enfants confie que le seul bienfait que lui a apporté cet exil est la rencontre de sa femme, Anne-Marie, agrégée de mathématiques. A part Jacmel, un recueil de poèmes écrits pour ses parents, Jean Métellus a dédié tous ses livres à son épouse. "J'ai besoin de son approbation, écrit-il, je suis noir et vis un catholicisme teinté de vaudou. Elle est blanche et protestante. J'ai l'impression de l'avoir toujours connue. Je n'en sais pas plus".

Charles-Honoré Bonnefoy

Pour mieux comprendre l'œuvre de Jean Métellus, il faut selon Jérôme Garcin qui dirige le service culturel du Nouvel Observateur lire Charles Honoré Bonnefoy (Gallimard 1990). Il s'agit d'un roman autobiographique dans lequel Métellus rend hommage au neurologue, de son vrai nom Raymond Garcin qui fut son patron à la Salpêtrière et exerçait une médecine "sensuelle, tactile, visuelle, auditive et olfactive".

mardi 7 janvier 2014

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement