Pourquoi l’Afrique francophone devrait-elle avoir peur du Front national?
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 1685 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Question sempiternelle et récurrente, me direz-vous ! Mais l’émoi qui domine les capitales d’Afrique francophone est bien palpable. Il est le reflet des esprits savamment entretenus par les politiques africaines s’appuyant sur la protection du père fouettard qui caresse, tout au long de la journée son poulain qui finira la nuit dans un enclos.

Gare au loup!

La politique française est très influente sur le continent africain. Elle a été mise en place par le général de Gaulle et son mentor Jacques Foccart. Les gouvernements successifs français ont poursuivi, sans gêne, cette politique basée sur le tribalisme, le népotisme et la dictature. Les gouvernements africains depuis les indépendances se sont accommodés, sans état d’âme, à cette politique qui est la cause majeure du sous développement du continent.

Pourquoi le Front National ferait-il peur aux africains ? Cette peur n’est-elle pas un aveu de faiblesse et d’irresponsabilité ? Avoir peur du Front National, n’est-ce pas affirmer sa dépendance à l’égard des anciens colonisateurs ? Une fois encore, l’Afrique francophone lève son masque. Elle livre au monde ses inepties, ses faiblesses, son vide intellectuel, son manque de maturité après cinquante ans d’indépendance. Elle est incapable de prendre son destin en main, de poursuivre le combat justifié de tous ses enfants qui ont lutté et sacrifié leur vie pour une Afrique libre et indépendante. L’Afrique du vingt et unième siècle crie toujours « gare au loup ! » au moment où les dragons d’Asie changent l’équilibre politique et économique du monde.

Mobilisation toute!

L’histoire récente nous montre que le paysage politique français est immuable à l’égard de l’Afrique. L’arrivée de François Mitterrand et de la Gauche a suscité beaucoup d’espoir en Afrique. La prétendue intelligentsia africaine a vu en Mitterrand un homme nouveau, mais surtout, un homme neuf. Erreur ! Les réseaux existants de la « françafrique » n’ont pas été démantelés. Ils n’ont même pas changé de costume. Ils se sont consolidés. Les mêmes hommes ont continué leur basse et sale besogne avec la complicité des élites africaines sous le couvert des loges maçonniques, de la Rose Croix et des nouveaux prédicateurs.

La françafrique a survécu malgré tout. A qui la faute ? A la France ? Cette réponse est non seulement irresponsable, mais elle permet de dédouaner les responsables politiques du continent africain. Si la françafrique existe, il faut se poser des questions. Comment cette nébuleuse traverse le temps sans rides et sans courbatures ? Elle a su s’enraciner dans la sphère politique africaine où la soif du pouvoir absolu et de l’argent facile sont de règle.

L’Afrique n’a pas à avoir peur du Front National. Elle a vécu et continue à vivre avec la Droite et la Gauche française. Elle s’accommodera très vite au Front National dont les thèses sont certes choquantes, mais au moins honnêtes. Les partis conventionnels français ne sont pas un modèle pour l’Afrique. Ils ont toujours entretenu la division, le tribalisme et la dictature afin de mieux exploiter les anciennes colonies.

La France reste un partenaire incontournable pour l’Afrique francophone. Cette relation privilégiée doit être équitable et partagée. Mais, il revient aux africains de remettre en cause les accords les liant à l’ancien colonisateur. Nous avons tort de douter de la France. Nous devons douter de nous-mêmes car nous portons sur nos épaules la mort programmée de l’Afrique. Il n’y a pas de raison de continuer à accuser la France. Nous tuons à grand feu notre continent, notre patrimoine et bouchons l’horizon à nos enfants.

Le continent africain continuera t-il à exporter ses enfants vers des pays qui connaissent le chômage et la précarité ? Certainement pas ! Le mot d’ordre du Front national est réaliste. L’Afrique doit créer de l’emploi chez elle et sédentariser ses populations au lieu de gonfler les comptes bancaires des paradis fiscaux et suisses.

L’Afrique francophone se complait dans sa position d’assistée auprès de la France. Ne serait-il pas temps de changer de camp et de prendre son destin en main ? Arrêtons de nous plaindre et de pleurer continuellement. L’Afrique doit se prendre en charge.





mardi 24 avril 2012

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement