La droite française face à deux options opposées pour choisir son candidat à la présidentielle de 2022
AFP

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 190 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Les militants du principal parti de la droite française, Les Républicains (LR), devront choisir pour les représenter à l’élection présidentielle de 2022 entre une présidente de région issue de l’aile sociale et libérale, Valérie Pécresse, et le député Eric Ciotti, tenant d’une ligne très droitière.

Le parti, héritier du mouvement gaulliste qui a été pendant près de 60 ans la principale formation de gouvernement, encore traumatisé par son élimination du second tour de l’élection présidentielle de 2017, une première sous la Ve République, espère enclencher une dynamique qui lui éviterait une nouvelle déconvenue en 2022.

Avec respectivement 25,59% et 25% des voix, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes (Sud), et Valérie Pécresse, présidente de la région parisienne, s’affronteront au second tour de cette primaire réservée aux 140.000 adhérents, selon les résultats annoncés par le parti jeudi peu avant 15H00 (14H00 GMT).

Ils ont devancé lors de ce vote électronique, ouvert mercredi matin et clôturé jeudi à 14H00 (13H00 GMT), qui s’annonçait très ouvert, l’ex-négociateur européen du Brexit Michel Barnier, troisième avec 23,93 % des voix, le président de la région Hauts-de-France (Nord), Xavier Bertrand, à 22,36%, et l’outsider Philippe Juvin, chef des urgences d’un grand hôpital parisien, à 3,13%. Au terme d’une campagne dominée par les thèmes privilégiés de l’extrême droite comme l’immigration, l’autorité ou la sécurité, le chef des LR, Christian Jacob, a salué un « taux de participation très élevé », de plus de 80%.

Le silence imposé aux prétendants à l’investiture depuis le début du vote a été levé pendant une dizaine d’heures, jusqu’à jeudi soir, avant le second tour prévu de vendredi matin à samedi à 14H00 (13H00 GMT). « On ne veut pas de tractations, de couteaux sous la gorge, il faut que ça aille vite et bien », avait déclaré mercredi le porte-parole de LR, Gilles Platret, justifiant ainsi ce bref délai entre les deux tours.

Quelques minutes après l’annonce des résultats, Xavier Bertrand, qui apparaissait à droite comme le mieux placé dans les sondages nationaux, a appelé au « rassemblement » derrière Valérie Pécresse. Michel Barnier, qui a jugé Valérie Pécresse « la mieux préparée pour gagner l’élection présidentielle », et Philippe Juvin se sont également ralliés à elle.

À quatre mois du premier tour de la présidentielle, les sondages placent le candidat des Républicains, quel qu’il soit, derrière les deux finalistes de 2017, le président sortant Emmanuel Macron et la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, et même le controversé polémiste d’extrême droite Éric Zemmour, tout juste entré en lice.

« Battre Emmanuel Macron »

« Je suis la seule à pouvoir battre Emmanuel Macron », a affirmé Mme Pécresse lors d’une déclaration en présence de MM. Bertrand et Juvin, se présentant comme « une femme qui gagne et qui fait ». Mais M. Ciotti s’est lui aussi dit « le seul à pouvoir battre Macron », estimant que « seule une droite forte qui s’assume » aurait une chance face au président sortant.

La compétition interne, rythmée par quatre débats télévisés, s’est révélée moins acrimonieuse qu’il y a cinq ans. La campagne de l’ancien Premier ministre François Fillon, donné favori par les sondages après la primaire qu’il avait largement remportée, avait été torpillée par son inculpation pour des emplois « fictifs ou surévalués » confiés à son épouse, aux frais du contribuable. Condamné en juin à deux ans de prison ferme, il a fait appel. Les cinq candidats à l’investiture, qui ont proclamé leur unité, se sont davantage distingués sur le style que sur le fond de leurs propositions.

Xavier Bertrand s’est ainsi présenté en opposant le plus mordant face à Emmanuel Macron. Valérie Pécresse, elle, s’est affirmée par le sérieux de son programme. Michel Barnier a joué sur sa stature internationale et Éric Ciotti a développé une ligne très droitière, affichant ses affinités avec l’extrême droite.

Avant la fin de la campagne officielle, mardi soir, les candidats ont pu exposer leurs programmes lors d’un ultime débat et tenter de disqualifier la candidature d’Éric Zemmour, annoncée le jour même, comme pour parasiter leur propre campagne. Valérie Pécresse a dénoncé un « homme de provocations ». Quant à Éric Ciotti, il l’a crédité de « constats que partagent beaucoup de Français », mais déploré un manque d’espoir dans son discours.

samedi 4 décembre 2021

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement DouDouDiouf - Métropolicain en téléchargement Mr Dagher - Bénédiction en téléchargement DICK L'EPHPHATA - Je Gravirai les marches en téléchargement Ella SARA - All Glory to God en téléchargement
Princesse Ariane - Dimension Nouvelle en téléchargement Choeur Gospel Douala - en téléchargement FA DIESE - Au delà des frontières En téléchargement Rostand Mballa - Tu es ma préférée en téléchargement Mathématik - Soudée en téléchargement