À PROPOS DE La montée inquiétante des terroristes camerounais de la B.A.S. et du laxisme du gouvernement camerounais
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 185 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
#####
#####
 

Pour en parler, il me semble plus subtil d’adresser une lettre ouverte aux différents responsables de cette situation.

Monsieur le Président de la République, Et son Excellence l’Ambassadeur du Cameroun en France, Depuis un certain temps, les actions de terreur, d’intimidation, les attaques, les injures, bref, toutes les innombrables exactions ourdies et accomplies par ces criminels de la soi-disant Brigade Anti-Sardinards ne s’arrêtent plus. Au contraire, elles vont crescendo. Vous avez été harcelé maintes fois à Genève, Monsieur le Président, par les éléments de la B.A.S.. Plusieurs de nos ambassades de la diaspora ont été saccagées, défoncées et vandalisées. Hier encore, dans la nuit, l’Ambassade du Cameroun à Paris a été honteusement malmenée, couverte de peinture rouge partout, avec des inscriptions incongrues. Il y a quelques jours, l’Ambassadeur du Cameroun en Belgique a été sauvagement agressé pendant qu’il faisait son footing en campagne. La famille d’une ministre de votre gouvernement, Monsieur le Président, a été agressée en pleine messe d’action de grâce. La messe a été interrompue. Ceci avait commencé lors de la dernière campagne des élections présidentielles, pendant laquelle cette nauséabonde B.A.S. a agressé les artistes camerounais boycottant et empêchant leurs prestations en Occident.

Il est impossible de dresser la liste de toutes ces manifestations qui font du tort à l’image de notre pays à l’étranger. Nous avons, hélas, l’impression que les autorités camerounaises, votre gouvernement, votre parti, vos représentations ne réagissent pas. Pas un communiqué de presse officiel, pas de plainte aux autorités des pays dans lesquels l’image du Cameroun est ternie par cette horde inqualifiable. Ni la France, ni la Suisse, ni les Etats-Unis ne réagissent officiellement en condamnant ou en portant devant la scène internationale ces attaques lâches. Nul ne peut imaginer un seul instant que la France, la Belgique et tous les autres pays où notre corps et nos représentations diplomatiques ont été agressés restent muets, silencieux, sans réaction si cela se passait contre eux au Cameroun. Le monde entier aurait été ébranlé, les ambassadeurs rappelés dans les différentes capitales. Nous nous posons vraiment des questions. Certaines spéculations tendent à démontrer que la France serait complice en laissant organiser quelques exactions et mises en scène à l’instar du kabri kabro… machin, celui-là que le président Macron a laissé l’interpeller lors du dernier Salon de l’Agriculture à Paris. N’y a-t-il pas de vigiles ni de caméras de surveillance dans cette ambassade dans laquelle des exactions se font impunément chaque fois ?

En ce qui vous concerne, Monsieur l’Ambassadeur André Magnus Ekoumou, c’est un peu de votre faute, car vous avez déclaré il n’y a pas longtemps que, pour vous, la B.A.S. n’existait pas et les Patriotes non plus. Vous disiez qu’il n’y avait que des Camerounais. Je voudrais vous rappeler, au vu des images désolantes de votre ambassade, qu’il y a bien une B.A.S.. Ne vous en déplaise, ce serait peut-être la réponse du berger à la bergère. Monsieur le Président, votre silence légendaire est connu. Mais quand même ! Savez-vous que certains compatriotes sont en train de regretter le temps ancien des terreurs du régime de votre prédécesseur, Amadou Ahidjo sous l’égide de Fochivé, de la SEDOC et de la DIRDOC, disant que rien de tel n’aurait pu se passer, Ahidjo aurait sévit ? On raconte même, et je le tiens de source sûre, qu’un compatriote avisé serait allé voir le Délégué à la Sûreté Nationale du Cameroun, lui proposant de signaler à la France et aux différentes instances internationales que la B.A.S. était une activité terroriste internationale contre laquelle il portait plainte. Votre Ministre des Affaires Étrangères aurait été saisi pour le même sujet ainsi que l’un de vos proches au gouvernement, M. Mvondo Ayolo sans suite.

Vraiment, Monsieur le Président de la République, beaucoup de nos compatriotes ont tendance, par votre mutisme, à penser que pour vous, ce serait du « je m’en vais à quoi bon » ou encore « après moi le déluge ». Cette lettre n’est pas du tout adressée à la B.A.S.. Mais, je sais qu’elle la lira. C’est pour ça que j’adresse à ces mauvais terroristes, à ces soi-disant activistes qui s’illustrent par des faits qui ne leur attirent aucune sympathie mais de la peur et du mépris, le sentiment de honte, de révulsion et de rejet qu’ils nous inspirent à nous les Camerounais qui aimons le Cameroun. Pour tout dire, vous ne savez pas aimer le Cameroun. Je suis tellement excédé, attristé, en colère, dépité, bref, Monsieur le Président, Monsieur l’Ambassadeur, et vous, mes compatriotes terroristes, je ne vous salue point.

François Zoomevele Effa

vendredi 13 novembre 2020

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


NOUVEAUTÉ : Ekila radio arrive en 2021 EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Ella SARA - All Glory to God en téléchargement Mr Dagher - Bénédiction en téléchargement Essimo SOUL - Thank You en téléchargement
Princesse Ariane - Dimension Nouvelle en téléchargement Balo - Les mots en téléchargement Balo - Les mots en téléchargement