Liban: manifestation de la colère à Beyrouth
Reuter

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 107 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

(Beyrouth) Des milliers de Libanais ont convergé vers le centre-ville de Beyrouth, dans un mouvement de colère contre le gouvernement, ravivé par les explosions survenues mardi dernier au port de Beyrouth. Les rues sont rapidement devenues enfumées par les bombes lacrymogènes lancées par la police alors que des manifestants tentaient de prendre d’assaut le parlement.

« Révolution ! », ont notamment scandé les manifestants, appelant les dirigeants à démissionner. Des potences avec des nœuds coulants ont été installés à la place des Martyrs, où s’étaient donné rendez-vous les manifestants.

« Nous allons pendre beaucoup de personnes, a dit Elie Haykal, rencontré à un stand de distribution d’eau où un nœud coulant avait aussi été installé. Nous leur souhaitons la mort. »

Des cartons avec des photos des dirigeants libanais ont été pendus.

Les manifestations sont organisées par différents groupes, souvent sans hiérarchie, à l’aide d’applications mobiles. Le rendez-vous avait été donné dans certains cas vers 14 h devant le bâtiment de l’électricité du Liban, fortement touché par les explosions de mardi au port de Beyrouth, attribuées à de la négligence, alors que plus de 2700 tonnes de nitrate d’ammonium saisies ont explosé après avoir été laissées sur place pendant plusieurs années. Un tract distribué sur des voitures invitait les manifestants à la place des Martyrs à 17 h.

Malgré le ton d’abord solidaire et survolté, la fumée des gaz lacrymogènes a commencé à se répandre au centre-ville vers 16 h.

Amina Shaker est venue en autocar de Tripoli avec un groupe d’amis pour participer à la manifestation. L’enseignante de 27 ans a toutefois rebroussé chemin loin du parlement libanais lorsque les manifestants ont commencé à tenter de forcer une barricade pour s’y introduire et que les policiers ont utilisé des bombes lacrymogènes. « Nous avons essayé de rentrer », a dit la jeune femme, une simple casquette sur son voile mauve. Une de ses amies s’est enfoncé un casque sur la tête avant de se diriger vers le parlement, prête pour la suite.

Plusieurs manifestants portaient d’ailleurs des casques de construction ou de vélo. D’autres avaient des masques à gaz et des lunettes de protection.

Des ambulances, sirènes hurlantes, tentaient de se frayer un chemin parmi la marée de gens et les voitures.

« Nous allons rester dans la rue jusqu’à ce qu’ils démissionnent », a dit en avant-midi Anthony Doueihy, qui fait partie d’un groupe de manifestants coordonnant des événements pour la révolution depuis le 17 octobre dernier.

samedi 8 août 2020

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement