A PROPOS DE… nos libertés que nous inventons et que nous détruisons
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 286 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Manu Dibango disait et chantait « A présent que nous sommes libres, libres de choisir notre loi… » ! Sacrée liberté ! Mêlée à toutes les sauces, te voilà utilisée par n’importe qui et n’importe comment pour justifier, légitimer n’importe quelle exaction, selon le pouvoir qu’on a.

Attardons-nous aujourd’hui sur la liberté d’expression, la liberté de dire, de lire, d’écrire, en pensant ou en ne sachant pas penser, même -surtout- quand on ne sait pas écrire et qu’on ne sait pas penser non plus. Vous aurez compris, mes très chers, qu’il s’agit des réseaux sociaux, ouverts à tous, du président Obama, qui twittait à sa façon, à son remplaçant, l’homme à la trompe sur la tête à la place de la coiffure et, surtout, du cerveau. Le monde a, dans son histoire, l’habitude d’avaler des couleuvres quand les Puissants légitiment leurs forfaits. Les bombes atomiques, les premières et les seules lancées officiellement jusqu’à ce jour, celles qui ont détruit Hiroshima et Nagasaki, n’ont jamais été traitées de crimes contre l’humanité. Et qui oserait parler de génocide contre les vrais autochtones de l’Amérique : les Indiens ! Et voilà que ces maîtres impérialistes s’indignent et s’agitent parce qu’on ose remettre en question le racisme en Amérique et en France, parce qu’on ose dire que les polices américaines et françaises ont des cibles privilégiées pour les contrôles au faciès : les Noirs et les Basanés. Pourtant, nul n’imaginerait ou n’accepterait de donner comme prénom à son enfant, ou à un enfant français, celui d’Adolphe. Les rues et les quartiers qui portaient les traces de l’occupation allemande ont toutes été débaptisées. Quel citoyen français accepterait de voir ériger les statues de Hitler, Goebbels ou Mengele et de tous ceux qui ont contribué à l’existence et au maintien des camps d’extermination ?

Cependant, le concepteur du Code Noir, le ministre Colbert, sous l’égide de Louis XIV, voit sa statue remise en question à l’assemblée nationale ainsi que les différentes salles qui portent son nom. Surtout, pour faire comprendre certaines choses à ceux qui ne veulent pas culpabiliser la France, ne leur dites pas que c’est comme si on gardait des rues et des statues du Maréchal Pétain. Au fait, y a-t-il jamais eu des rues, des statues, des gymnases ou des avenues portant les noms de ceux qui ont fait du mal à la nation française ? Revenons aux réseaux sociaux, qui deviennent le carrefour de beaucoup d’ignorants, d’illettrés, le rendez-vous du n’importe quoi. Alors, de grâce, sélectionnez vos lectures. Dès que vous voyez des fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, évitez, fuyez, ne lisez pas.

Dès que vous apercevez « un direct » dans un langage pas très catholique, un français approximatif, pour ne pas dire un français des caveaux, où règnent les injures, les grossièretés, la délation, et les récits incongrus, prenez vos jambes à votre cou, fuyez.

Pour ce qui est de l’Afrique, et spécifiquement du Cameroun, les réseaux sociaux annoncent la mort du président de la République, autoproclament un soi-disant président élu par le suffrage du « pénalty », qu’il a inventé. Les montages pour étayer les fake-news pullulent, on ne sait plus qui est qui, qui dit vrai, qui fait quoi.

L’ironie de cette situation est que le président décrié, ce cher Barthélémy, qui a plus de trente-cinq ans de pouvoir, est celui qui a ouvert ces libertés d’expression dans les radios libres, les journaux, les télévisions et les réseaux sociaux. Qui aurait pu imaginer cela du temps de son prédécesseur, Ahmadou Ahidjo ? Ce ne sera pas une tâche facile à celui qui succédera au président Biya, quel qu’il soit, de quelque parti qu’il vienne, de rétablir un peu d’ordre dans ce libertinage.

François Zo’omevele Effa

jeudi 9 juillet 2020

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement