A PROPOS… DE LA PRESENCE DE L’ARMEE FRANCAISE EN AFRIQUE
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 226 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

L’Afrique est-elle en guerres ? Qui contre qui ? Lundi dernier, à Paris, une grande cérémonie à laquelle assistaient le président français, et le président malien aussi, a marqué le retour de treize tirailleurs français tombés au Mali.

A l’instar, sans doute, de leurs collègues d’antan, les tirailleurs sénégalais venus délivrer la France envahie par les barbares allemands, ces tirailleurs français seraient tombés non sous les balles des djihadistes qui menacent d’envahir le sous-sol bénéfique du Sahel mais ils auraient été victimes de leur technologie avancée : leurs deux hélicoptères se seraient télescopés !!!

Vous avez dit « télescopés » ?!

C’est une drôle de guerre, une guerre dans laquelle ces généreuses troupes françaises combattent seules, c’est-à-dire qu’elles ne se mélangent pas pendant ces combats aux soldats locaux, les soldats maliens.

C’est un peu bizarre, car ces Maliens, qui sont chez eux, devraient servir de guides à leurs homologues, les tirailleurs français.

C’est peut-être une vengeance, un retour de boomerang, car pendant la première et la deuxième guerre mondiale en France, les tirailleurs sénégalais étaient aux premiers rangs pour servir de chair à canon. Cependant, il y avait derrière ces combattants africains l’armée locale, l’armée française, et ce n’est point le cas au Mali, ni en Centrafrique ; ce ne fut point le cas en Côte d’Ivoire.

A propos des pacifications des troupes françaises en Afrique, c’est un souvenir amer, qui était un prétexte au début des colonisations et des invasions inavouées de l’Afrique officialisées par le Congrès de Berlin.

Il faut dire que nul n’est dupe. Les soldats français, que nous appelons tirailleurs pour la circonstance, font désormais face à un vif sentiment de rejet de la part des populations africaines. Si les politiques africains dans leur langue de bois et leurs accords implicites de maintien au pouvoir dans le totalitarisme font semblant de croire aux vertus de ces guerres qui n’ont pas de sens, les Africains, témoins de cette mascarade, et qu’ils subissent, savent très bien que l’enjeu se trouve dans la richesse de leur sous-sol. Ce Sahel, mis en danger par un certain Sarkozy, avec la complicité d’un certain philosophe BHL (qui récidive d’ailleurs ces derniers temps), ce Sahel regorge d’uranium, d’or, de pétrole, que la France entend exploiter et garder sous son aile, comme c’est déjà le cas au Niger et ailleurs.

Que diable sont allés chercher ces deux hélicoptères britanniques qui se sont télescopés dans ce Sahel malien pendant une manœuvre aussi importante ? Le gouvernement britannique aurait pu leur octroyer des pilotes sachant manœuvrer ces engins. En fait, il n’y a pas grand monde pour croire à cette histoire de collusion d’hélicoptère, cette histoire à dormir debout. Nous n’avons jamais entendu parler d’une commission d’enquête de l’armée dépêchée pour comprendre les causes de cet accident ; on ne nous a jamais montré les images des carcasses de ces hélicoptères. C’est sans doute le secret d’état de la Grande Muette. Mais pendant combien de temps les autorités et les journalistes prendront-ils le peuple français pour des cons ? Les Maliens et les Africains savent très bien que dans cette drôle de guerre, quelque chose ne tourne pas rond à propos de cet accident d’hélicoptères.

François Zo’omevele Effa

vendredi 6 décembre 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement