A PROPOS… du Grand Dialogue National
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 304 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

A propos de ce dialogue -pardon, Grand Dialogue, qui serait National, voire international puisque la diaspora y est conviée-, oui, à propos de ce dialogue, Monsieur le Président de la République, cher Barthélémy, et Monsieur le Premier Ministre, j’ai quelques mots à vous dire.

Beaucoup ont suivi ce discours présidentiel annoncé et attendu. Beaucoup ont remarqué ce qu’on a voulu nous faire remarquer :

-. que le Président lisait sans lunettes. Miracle ! Il nous a habitués à porter des lunettes. C’est sans doute une conséquence de ces bains de jouvence dont il a le secret en Suisse ! Non, c’est qu’il lisait devant un prompteur, et on avait agrandi tout simplement ce discours répété et répété ;

-. que le Président n’avait pas annoncé sa démission comme l’avait fait son prédécesseur, Amadou Ahidjo. Que nenni, point de démission, zéro démission, on pourra toujours rêver, il partira en son temps et, comme il le dit lui-même : « Ne reste pas longtemps au pouvoir… ».

Au fait, Monsieur le Président, cher Barthélémy, et si ce Grand Dialogue National n’était que la continuation méthodique de votre gouvernance ? Quand vous avez dit que ce dialogue allait s’organiser dans toute l’étendue de la république et de la diaspora, vos acolytes, vos collaborateurs, qui finissent pour la plupart à la prison centrale de Kodengui, se sont frotté les mains. N’est-ce pas là une nouvelle occasion de s’en mettre plein les poches à coup de millions et de milliards de francs CFA en organisant des tournées nationales et internationales bidon ! En ce qui concerne la diaspora, on les voit venir, pas au nom du Cameroun mais au nom de votre parti, le RDPC, les poches et les comptes remplis des frais de mission qui ne serviront en fait qu’à leur plaisir… Ces délégations, comme dans vos élections présidentielles, ces délégations pour la diaspora ne s’arrêteront qu’à Paris et dans les grandes capitales. Et comme chanterait l’épouse de votre défunt collègue, « On vous connaît ! ».

Monsieur le Premier Ministre, dans le communiqué de radio-presse que vous avez signé le 19 septembre dernier à Yaoundé, vous annoncez la création d’un site Web, créé pour recueillir les contributions de toutes les personnes désireuses de participer à votre important dialogue… Quel est le pourcentage de la population camerounaise qui a accès à un site Web ?

Mais, me direz-vous, vous avez prévu, pour les personnes ne pouvant accéder à ce site, une solution : vous les invitez à déposer leur contribution écrite directement dans vos services, au Premier Ministère, porte D1, à l’entrée principale, dans une enveloppe scellée, et patati et patata, dans les sous-préfectures, les préfectures et les représentations diplomatiques. Tout cela afin que ces contributions soient transmises à vos services pour, comme vous dites, « pour centralisation et exploitation ».

On a du mal à ne pas percevoir vos fines ingéniosités comme de la poudre aux yeux pour le citoyen lambda. Il en sortira tout simplement, de votre Grand Dialogue National, vos propres conclusions, que vous avez d’ores et déjà conçues.

Je me fie à la réalité que 80 % des citoyens camerounais, même les plus concernés par ce problème de guerre civile, ne seront pas du tout représentés, ne se sentant pas représentés par un porte-parole qu’ils reconnaissent.

A moins, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, que ce soit un piège stratégique que vous tendez à vos collaborateurs qui détourneront l’énorme budget que vous allez mettre à leur disposition ? Vous dénoncerez le scandale, envoyant à la prison centrale de Kodengui ceux qui vous gênent, qui sont déjà dans votre collimateur, et qui auront été nommés responsables de ce Grand Dialogue National.

Comme d’habitude, pour ne pas changer, tous les voleurs n’iront pas en prison. Vous tiendrez sous votre coupe quelques grands détourneurs connus du grand public qui continueront à chanter vos louanges. Beaucoup croiront qu’ils vous aiment et vous sont fidèles, ne sachant pas qu’ils sont sous le chantage et le joug de votre esclavage qui caractérise votre gouvernance.

Ma contribution, Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, est que vous changiez de tactique et que ce Grand Dialogue devienne vraiment National. « Et comment le faire ? », me demanderez-vous. C’est à vous de le trouver en évitant tout simplement de nous servir une soupe que nous connaissons et qui nous dégoûte.

François Zo’omevele Effa

mercredi 25 septembre 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement