Pourquoi les Etats-Unis veulent rétablir leur influence en Afrique

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 123 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Les États-Unis perdent de l'influence en Afrique, mais leur diplomate le plus haut placé sur le continent veut renverser la situation.

"Pendant trop longtemps, lorsque les investisseurs ont frappé à la porte et que les Africains ont ouvert, les seules personnes qui se tenaient sur le pas de la porte étaient les Chinois ", a récemment déclaré Tibor Nagy, secrétaire d'État adjoint aux Affaires africaines à la BBC.

Les relations économiques et commerciales entre la Chine avec le continent africain ont éclipsé ceux des États-Unis au cours de la dernière décennie et, en 2018, il était plus trois fois plus important.

Certains des postes diplomatiques américains les plus importants dans les capitales africaines sont restés vacants depuis l'entrée en fonction du président Trump.

M. Nagy dit qu'il veut renverser la vapeur et rétablir l'influence de l'Amérique sur le continent.

"Mon travail est de m'assurer que lorsqu'on frappe à la porte, il y a aussi un Américain", dit-il.

L'Amérique peut-elle inverser la tendance et concurrencer la Chine sur le continent africain ?

Les nominations d'ambassadeurs américains dans les capitales africaines ont très peu progressé au cours des deux dernières années.

Certains postes de haut niveau, dont ceux de l'Afrique du Sud et du Nigeria, sont restés vacants depuis que le président Trump a destitué tous les ambassadeurs des États-Unis dans le monde entier après son investiture en 2017.

Certains ont été nommés par le président, comme l'Afrique du Sud et le Nigeria, et sont en attente de confirmation par le Sénat américain, mais d'autres, comme le Tchad et la Tanzanie, sont restés vacants.

M. Nagy n'a été nommé représentant permanent du département d'État pour l'Afrique qu'en juillet 2018.

Auparavant, il s'agissait d'un poste laissé vacant, puis comblé par une nomination temporaire.

Les analystes disent par contre que la Chine a envoyé des hauts fonctionnaires dans les pays africains.

"En Afrique du Sud, la Chine a un diplomate de premier rang, ce qui prouve que c'est un pays vraiment important pour Pékin", déclare Lina Benabdallah, spécialiste des relations sino-africaines à l'Université Wake Forest.

Un certain nombre d'autres puissances émergentes, comme la Turquie et l'Inde, étendent également leur présence diplomatique.

Le gouvernement indien a récemment approuvé des plans pour 18 nouvelles ambassades en Afrique.

"(C'est difficile) de faire de l'Afrique une priorité dans l'administration ", déclare Eric Olander, fondateur du projet Afrique-Chine, une organisation à but non lucratif dédiée à l'exploration de l'engagement de la Chine en Afrique.

Langage non diplomatique

Les relations n'ont pas été facilitées par les déclarations sur l'Afrique de responsables du gouvernement américain, dont le président, qui ont été considérées comme très offensantes.

M. Trump aurait décrit les pays africains comme des "pays de merde" et parlé de l'Afrique comme d'un endroit où ses amis allaient essayer de s'enrichir.

Des diplomates américains "recadrent" Trump

Trump nie avoir parlé de "pays de merde"

Une Chinoise fait la promotion du mandarin en Ouganda

Il s'est également penché sur la question très controversée de l'expropriation des terres des fermiers blancs en Afrique du Sud, provoquant une réaction de colère du gouvernement de ce pays.

"Le problème fondamental est que l'on ne peut pas excuser le président - il a décrit toute l'Afrique dans les termes les plus vils", a déclaré Reuben E Brigety, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l'Union africaine sous le président Obama.

Le département d'État américain maintient qu'il apprécie ses partenariats dans toute l'Afrique et que son engagement est plus fort que jamais.

Les États-Unis ont été la principale source d'investissement direct en Afrique, mais leur contribution est en baisse.

En 2018, la Chine a annoncé des investissements d'une valeur de 60 milliards de dollars (après 60 milliards de dollars engagés en 2015) qui comprenaient des projets d'infrastructure dans le cadre de son initiative Belt and Road pour construire des routes commerciales mondiales.

Mme Benabdallah dit que le commerce entre les États-Unis et les pays africains a diminué en raison de l'intérêt accru non seulement de la Chine, mais aussi d'autres pays comme la Russie et la Turquie.

"Je pense que c'est parce que la concurrence de tous les autres pays a augmenté par rapport à la dernière décennie", explique Mme Benabdallah.

La croissance économique de la Chine a montré récemment des signes de ralentissement qui pourraient bien affecter ses niveaux de commerce et d'investissement en Afrique à l'avenir.

Mais compte tenu de la concurrence de plus en plus vive qui s'exerce dans le monde entier pour faire des affaires avec les pays africains, les États-Unis devront redoubler d'effort pour reconquérir des économies de plus en émergentes.

vendredi 2 août 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement