L’Afrique a-t-elle son destin en main ?
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter1 222 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Les grands sommets mondiaux se suivent. Les grandes puissances étalent toujours leurs divergences sur l’avenir de notre planète. Les sommets du G20 ont montré leur limite. Ils se réduisent aujourd’hui aux sommets du G7. Aucun consensus n’est possible face aux appétits et aux égoïsmes des ogres. La lutte contre la faim n’est pas la priorité de l’Occident qui se bat pour maintenir sa domination, sa suprématie et sa puissance. Mais il a maintenant en face une Chine qui place ses pions et qui égratigne, petit à petit, les positions des forces néocolonialistes.

Si la lutte contre le terrorisme a réuni l’Occident pour combattre les djihadistes, il n’en est pas de même pour lutter contre les poches de guerre qui secouent l’Afrique subsaharienne où un nouveau sommet dénommé G5 Sahel semble s’enfoncer. Le G5 Sahel réunit le Niger, la Mauritanie, Le Burkina Faso, le Mali et le Tchad.

La France, qui a initié ce sommet, agit ici dans son pré carré traditionnel. Les enjeux sont différents. Le G5 Sahel devrait réunir 5000 soldats. La France a-t-elle les moyens financiers, matériels et humains pour mener des opérations sur un territoire aussi vaste ? La priorité de l’Afrique n’est-elle pas la lutte contre la pauvreté pour éradiquer le terrorisme ?

Emmanuel Macron, lors de sa dernière visite en Chine, a sollicité l’aide financière de Xi Jinping pour le G5 Sahel. Cet appel sera-t-il suivi d’effet ? La Chine a une politique africaine loin des bruits des canons. Elle reste discrète pour ne pas s’attirer d’ennemis. Cette politique lui réussit jusqu’à présent. Pourquoi la changerait-elle ?

Les pays du G5 Sahel ont-ils les mêmes priorités que la France ? L’Afrique a besoin de paix sociale. Certes, elle est concernée par les enjeux majeurs de ce début du siècle. Les bouleversements géostratégiques sont de plus en plus imprévisibles et les alliances contre natures ne surprennent plus.

Le G5 Sahel ne pourra gagner la bataille contre le terrorisme islamique que si la démocratie s’installe enfin en Afrique. En effet, les militaires dans les champs de bataille trainent les pieds. Ils n’ont aucune motivation pour « sauver » des régimes corrompus installés par la volonté de leurs alliés occidentaux.

La priorité pour tous ces pays est la lutte contre la pauvreté. Cette condition doit être remplie pour un climat serein propice aux investisseurs et au développement économique et social. En effet, la pauvreté est un terreau fertile qui alimente le terrorisme. Elle se développe à cause des inégalités sociales, des injustices, du tribalisme, des dérives totalitaires et surtout de la corruption.

Les pays du G5 Sahel peuvent gagner cette bataille. Dans ce cas, ils devraient légitimer l’exercice du pouvoir par des élections démocratiques car les parlements actuels ne sont pas représentatifs du peuple. Ils représentent des régimes corrompus protégés depuis les officines extérieures.

Pour que l’Afrique ait son destin en main, il faudrait qu’elle sorte de ses égarements. Des conditions rigoureuses doivent être remplies : la démocratie, la liberté d’opinion, des élections transparentes et le respect des institutions. Il reviendrait au peuple de choisir librement ses présidents et de sortir de la soumission volontaire qui les plombe.

Lutter contre la pauvreté permettra de vaincre le terrorisme qui fragilise une jeunesse désemparée et abandonnée. Aujourd’hui, les régimes en place n’offrent à leurs citoyens que la répression impitoyable des forces de l’ordre, des mandats présidentiels sans fin, des élections truquées et validées sous la supervision des missions d’observateurs étrangers complices de ces fraudes. Combattre la pauvreté, c’est donner de l’espoir à la jeunesse pour la sédentariser.

Le terrorisme ne sera pas éradiqué par la puissance des armes, mais par le développement économique et social qui mettra fin à l’émigration de masse vers l’Europe.


Par Michel Lobé Etamé
Journaliste
Retrouvez l’éditorial sur notre site www.ekilafrica.com et laissez vos réactions avec modération.
Vous pouvez suivre tous les vendredis à 13h30 sur Radio Sud Besançon un débat d’actualité animé par Michel Lobé Etamé à cette adresse : http://radiosud.net/

mercredi 17 janvier 2018

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 
Par ERIC le 17/01/2018
Bonjour Michel, Quand tu écris « Il reviendrait au peuple de choisir librement ses présidents et de sortir de la soumission volontaire qui les plombe. « « les » fait référence à quoi ? Comment se peut-il que « les régimes en place n’offrent à leurs citoyens que la répression impitoyable des forces de l’ordre » Et quand même temps « les militaires dans les champs de bataille trainent les pieds. Ils n’ont aucune motivation pour « sauver » des régimes corrompus installés par la volonté de leurs alliés occidentaux. » La police serait-elle plus motivée pour sauver les pouvoirs que les militaires pour sauver leurs peuples ? Ou est-elle plus corrompue que les militaires ? Ou plutôt, les pays déjà soumis à la lecture unique veulent-ils lutter contre des terroristes ?


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement