L’avenir du Franc CFA en question
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter1 638 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Le 30 septembre 2016 s’est tenue à Paris la conférence des Ministres et Gouverneurs des Banques Centrales des pays africains de la zone franc. La société civile et les monétaristes africains espéraient que le sujet du jour porterait sur la sortie ou non de la zone franc des seize pays concernés. Mais ce sujet ne figurait pas à l’ordre du jour de la conférence.

La sortie de la zone franc est un véritable serpent de mer qui donne lieu à de virulents débats en Afrique francophone. Tous ceux qui réclament un débat national ou continental sur le franc CFA rongeront encore leur frein. Lors de la conférence de presse organisée à l’issue de cette rencontre, ministres et gouverneurs de banques centrales affichaient une belle solidarité.

A la fin de cette conférence, Thiémoko Meyhet Koné, Gouverneur de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), a voulu dissiper les doutes. Pour lui, « les difficultés que rencontrent les pays membre de la zone franc ne sont pas liées à la monnaie. Elles s’expliquent par le choc créé par la chute des matières premières ».

Thiémoko Meyhet Koné a partiellement tort. Il aurait pu ajouter que le franc CFA n’est pas le seul responsable de l’immobilisme de l’Afrique francophone qui a axé toute ses rentrées de devises sur la vente des matières premières sans valeur ajoutée. Ces déclarations sont donc un aveu d’impuissance et d’irresponsabilité collective des dirigeants des pays de la zone franc.

A une journaliste qui demandait après la conférence à Michel Sapin, Ministre français de l’économie et des finances si le franc CFA était bon pour le développement, ce dernier a répondu : « La France garantit la stabilité du franc CFA. Ce n’est pas sa monnaie, elle dépend de la volonté des africains. Mais cette stabilité est une garantie pour le pouvoir d’achat des plus pauvres ».

Quant au ministre centrafricain des finances, Henri-Marie Dondra , il a déclaré à la sortie de cette conférence, devant un parterre de journalistes : « la monnaie se porte bien. S’il y a un problème, on l’aurait inscrit à l’ordre du jour », a-t-il expliqué.

Henri-Marie Dondra serait-il l’exégèse de la pensée des chefs d’états africains ? Ses propos ne sont pas gratuits et trahissent le mal être des pouvoirs actuels. Nous pouvons donc convenir que l’avenir du franc CFA dépend uniquement des africains et non de la France.

La déclaration d’Henri-Marie Dondra a eu l’effet d’une douche froide pour tous ceux qui attendaient de cette conférence un véritable tournant historique pour l’Afrique. Hélas ! Les dirigeants africains actuels ne veillent que sur la pérennité de leur pouvoir.

Que reproche-ton au franc CFA ?

La zone franc est le seul espace économique au monde qui relie toujours les pays concernés à leur ancienne puissance coloniale. Créée en 1945, le franc CFA n’est plus adapté aux exigences de souveraineté, de liberté et de démocratisation de l’Afrique.

Les principaux reproches soulevés jusqu’ici pour cette monnaie se résument en deux points :

- L’arrimage du franc CFA à l’Euro
- La parité du franc CFA

Le franc CFA a une parité fixe avec l’euro et les pays de la zone franc ont l’obligation de déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor Public français. Un euro est égal à 655,957 franc CFA.

Selon un rapport de la zone franc, la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) et la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest), les deux Banques Centrales de la zone franc disposaient en 2005 de plus de 3 600 milliards de francs CFA (environ 72 milliards d’euros) auprès du Trésor Public français. Pour l’économiste Kako Nubukpo et ancien ministre togolais, rien n’empêche les pays concernés d’en faire usage pour accompagner leur croissance. Mais, existe-t-il seulement des modalités de rétribution de cette cagnotte ? A ce niveau, aucune transparence ne permet d’apporter un jugement de valeur. La gestion du franc CFA reste floue auprès du grand public.

Il est donc urgent de revoir l’arrimage du franc CFA à l’Euro car cet argent s’affecterait bien au développement des pays concernés. En effet, pour Kako Nubukpo, l’arrimage du franc CFA à l’euro pose un problème de compétitivité aux pays de la zone franc.

Un débat sur le franc CFA est donc l’une des urgences dans la zone franc. Il permettrait d’éclairer tous ceux qui doutent de la volonté des dirigeants africains actuels de doter l’Afrique d’une monnaie commune et souveraine.

Dans son manuel « Monnaie servitude et liberté : répression monétaire de l’Afrique », l’économiste camerounais Joseph Tchuindjang Pouémi dénonçait en 2004 le franc CFA comme un outil de servitude de l’Afrique. Le professeur Nicolas Agbohou y voit lui, un outil de contrôle politique et économique. L’un et l’autre n’ont pas tort. Le temps presse pour l’émergence de l’Afrique. Mais, existe-t-il une volonté politique et économique à l’heure actuelle pour proposer une alternative à cette monnaie répressive ? Bien malin qui répondra à cette question.

Malgré une parité fixe et la garantie de stabilité du franc CFA à l’euro, nous avons toujours en mémoire la dévaluation du franc CFA qui a mis à genou les économies d’Afrique francophone. La fixité de la parité du franc CFA à l’euro n’est donc pas immuable.

Le débat sur le franc CFA reste un tabou dans tous les pays de la zone franc. Les dirigeants actuels ne veulent pas de ce débat. Il est donc facile de continuer à jeter l’anathème sur la France responsable de tous nos maux. Le procès fait à la France est donc injuste.



Par Michel Lobé Etamé
Journaliste
Retrouvez l’éditorial sur notre site www.ekilafrica.com et laissez vos réactions avec modération.
Vous pouvez suivre tous les vendredis à 13h30 sur Radio Sud Besançon un débat d’actualité animé par Michel Lobé Etamé à cette adresse : http://radiosud.net/

vendredi 7 octobre 2016

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 
Par ERIC le 07/10/2016
Bravo Mimi t’es le meilleur, continue comme ça. Tu nous éclaires.


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement