LETTRE DE LA SEMAINE A LA JUSTICE FRANCAISE QUI CONDAMNE LES DIRIGEANTS AFRICAINS
par François Zo’omevele Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 93 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Mesdames et Messieurs les Juges français ayant condamné Monsieur Teodorin Nguema Obiang, le vice-président de la République Equato-Guinéenne,
Messieurs les Présidents et Dirigeants africains n’ayant officiellement pas réagi,
Est-il normal que ce procès qui n’a pas de sens ait eu lieu et que ces jugements aient été prononcés ? La France est-elle habilitée à juger et à condamner un dirigeant d’un autre pays pour des exactions qu’il aurait fait en dehors de la France et qui ne concernaient en rien la France ?



Le fils du président de la Guinée équatoriale, Teodorin Nguema Obiang, vice-président de son pays, a été condamné il y a deux semaines à trois ans de prison ferme et trente million d’euros d’amende par le tribunal correctionnel de Paris. Il lui est reproché du blanchiment d’argent, il lui est surtout reproché un train de vie hallucinant dans les beaux quartiers parisiens. Des dépenses somptuaires dans l’immobilier, les objets d’art et les véhicules de luxe, qui, selon le tribunal, relèveraient parfois de la corruption…

Ce tribunal et ce jugement ne sont qu’une mascarade. Cette condamnation est assortie d’un sursis, cerise sur le gâteau, car c’est d’un ridicule !!! L’O.N.G. Transparency International fait partie de ceux qui se sont portés partie civile, demandant que les biens confisqués des dictateurs internationaux soient dans un premier temps logés dans une ligne spécifique du budget de l’Etat français, avant d’être affectés à des programmes de développement dans leur pays d’origine dont l’objet serait « exclusivement l’amélioration des conditions de vie des populations ou au renforcement de l’Etat de droit ».

Voilà que, ouvertement, sans honte ni vergogne, des O.N.G., qu’on soupçonne depuis longtemps d’être les yeux espions des puissances occidentales, décident de ce qu’il faut faire des biens mal acquis.

Chers Mesdames et Messieurs de Transparency International, nous attendons aussi que vous fassiez un procès :

-. à Monsieur François Fillon, qui a officiellement été trahi dans ses détournements de fonds qui lui on fait perdre sa candidature à la présidence de la République française ;

-. aux multinationales Total, Elf, Areva et tous les autres qui, sans vergogne, volent les matières premières du continent africain, provoquant des guerres civiles, corrompant à tour de bras et sans se cacher les dirigeants africains ;

-. à Monsieur Bolloré, qui a acquis l’exploitation des ports maritimes africains, des chemins de fer… honteusement, souvent, par le franc symbolique, avec la complicité du Fonds Monétaire International et de la Banque mondiale.

Monsieur Bolloré est responsable du terrible déraillement du 21 octobre 2016 à Eseka, au Cameroun, qui a fait plus de trois cents morts et six cents blessés. Il n’a jamais été inquiété, alors qu’un chauffeur d’autocar responsable de la mort d’une personne dans le Jura français l’an dernier a été condamné.

A quand, Mesdames et Messieurs de Transparency international, le procès pour vol méthodique et aggravé de la France qui, depuis 1945, par le biais du franc C.F.A. appauvri l’Afrique ?

Etant donné qu’il est devenu normal qu’une monnaie physiquement fabriquée en France, dont les réserves de change (50 %) déposées obligatoirement auprès du Trésor Public français, oui, étant donné que le franc C.F.A., cette monnaie d’exploitation coloniale que la France a subie pendant l’occupation allemande et qu’elle a directement appliquée en Afrique jusqu’à ce jour, étant donné que tout cela est une réalité qu’il ne faut pas oser remettre en question, il est on ne peut plus normal que se tienne un tribunal spécial de la restitution.

Alors, de grâce, vous de la Cour Pénale Internationale, n’y mettez pas votre nez ! Quant à vous, le Tribunal administratif de Paris qui a condamné Teodorin Obiang, même pas en rêve, vous ne pouvez participer à ce jugement.

Les Africains ont compris, depuis un certain temps, que le concept des biens mal acquis ne s’applique qu’aux Africains. Car, lorsqu’on ose parler de ceux qui se sont enrichis dans la traite négrière, de ceux qui continuent à s’enrichir par la Françafrique et autres équivalents, on sait d’avance que c’est une fatalité africaine.

Pourquoi faut-il, sans jouer à la victimisation, mais vraiment pourquoi faut-il que les médias occidentaux nous bassinent des journées entières des huit morts de l’attentat de New-York, alors qu’on parlait à peine des deux-cents cinquante morts de l’attentat de Mogadiscio.

Vous comprendrez, Mesdames et Messieurs les Hypocrites, les Racistes, et les… que, dans vos mensonges, je ne vous salue point.

François Zo’omevele Effa

jeudi 2 novembre 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement