LETTRE DE LA SEMAINE AUX ADEPTES DES RESEAUX SOCIAUX
par François Zo’omevele Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 120 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Mesdames, Messieurs,
Depuis un certain temps, les différents réseaux sociaux, Facebook et autres, font l’objet d’une intense activité. Dans un premier temps, certaines personnes et moi avons pensé que nos compatriotes, toutes catégories confondues, s’ouvraient enfin à la culture, à la lecture, à l’écriture.



Il faut dire qu’il est de notoriété presque publique que, si vous voulez cacher précieusement une somme d’argent (dans un lieu public africain), mettez-la dans un livre et posez le livre au milieu de la table. Vous avez beaucoup de chance de retrouver votre trésor intact dans ce livre. Pour beaucoup de nos compatriotes, même les instruits et les diplômés, lire, se cultiver sont une chose très difficile.

Les journaux les plus parcourus sont les journaux de pronostic des tiercés ou les pages d’offres d’emploi. Souvent, c’est la gente féminine qui achète et lit régulièrement des magazines les concernant, comme Amina et autres. Quant aux hommes, quand ils trouvent quelqu’un avec un quotidien ou bien un mensuel intéressant, ils lui disent : « Qu’est-ce qu’on dit dedans ? Quand tu auras fini de lire, passe-le moi ! »

Pour revenir aux réseaux sociaux, cette mode permet d’informer, de s’informer, mais surtout de désinformer. Ceux qui sont abonnés à ces différents réseaux sociaux trouvent une pléthore de faux reportages, de fausses informations, des photos de scènes pornographiques et de bizarreries innommables. Bref, beaucoup d’Africains, je dis bien beaucoup et pas tous, se sont transformés en journalistes free-lance, spécialisés dans les congossas, les colportages et les médisances. Les règlements de comptes et les déballages, les fausses informations sont monnaie courante.

Beaucoup ont pu voir cette scène dans laquelle des prostituées, hommes et femmes camerounais, se battaient sauvagement dans leur lieu de prostitution, à côté des camions dans lesquels ils vendent leurs charmes. Les films d’horreur et de pornographie hard n’arrivent pas à un si haut degré de sauvagerie, de brutalité, de bestialité, de vulgarité… Et je vous assure que je suis en deçà de la réalité.

Certains font diffuser de fausses nouvelles sur des photographies de leurs ennemis, donnant leur nom et disant qu’ils seraient morts.

Bien évidemment, ces publications sont anonymes, signes de la lâcheté et de l’ignorance qui caractérisent ces nouveaux communicateurs à la noix de coco. Il y a les pseudo-médecins qui prodiguent des conseils et des indications du style « boire trois tasses d’eau chaude pour guérir du cancer ».

Il est vrai que le ministre camerounais de la communication, notre doungourou en chef, pour ne pas le nommer, renvoie les téléspectateurs de son pays et même du monde entier aux réseaux sociaux quand on lui demande des nouvelles du président de la République qui serait porté disparu. Le phénomène va jusqu’aux stars de la chanson, qui règlent leurs comptes et leurs rancunes dans des « directs » sur les réseaux sociaux, demandant à tout le monde de se connecter.

Certaines prostituées de notoriété facebookienne font presque des émissions pour légitimer la médiocrité de leur spécialité dans ce qu’on appelle « la vente du piment ». Je n’ai pas besoin de citer leur nom, vous les reconnaîtrez.

Mesdames, Messieurs, chers internautes, je vous propose, quand vous recevez des inepties pareilles, d’avertir celui qui les envoie que vous allez le bloquer s’il continue. Demandez-leur de nous inonder de choses intelligentes, amusantes, car il y a heureusement aussi des gens qui font du très bon travail, artistique, poétique, dramatique, et qui ont besoin d’être encouragés, lus et connus.

En fait, je vous aime bien, alors, à bon entendeur, salut.

François Zo’omevele Effa

vendredi 27 octobre 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement