Freddie Figgers, le bébé abandonné qui est devenu un millionnaire de la technologie aux USA
AFP

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 83 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Selon la dernière cotation, la société de Freddie Figgers vaut 62 millions de dollars, ce qu'il a accompli en étant un homme bon et talentueux.

Figgers a été abandonné alors qu'il était bébé à côté de poubelles dans la campagne de Floride.

Les enfants se moquaient de moi, ils m'appelaient "bébé poubelle", ils disaient "personne ne t'aime... tu es sale". Je me souviens de l'époque où je descendais du bus scolaire et où les enfants m'attrapaient et me jetaient dans les poubelles en se moquant de moi", se rappelle-t-il dans une interview avec Jo Fidgen pour l'émission "Outlook" de la BBC.

"C'est arrivé au point où mon père devait m'attendre à l'arrêt de bus et me raccompagner à la maison. Et les enfants m'intimidaient encore plus, en le taquinant : "Ha ha ! Regardez ce vieil homme avec la canne", disaient-ils.

Le père de Figgers, Nathan, avait 74 ans et sa mère, Betty May, 66 ans lorsqu'ils l'ont recueilli.

Ils avaient eux-mêmes des enfants et avaient accueilli des dizaines d'autres enfants au fil des ans - beaucoup d'entre eux pendant que leurs propres parents étaient en prison - et avaient prévu d'arrêter de le faire parce qu'ils étaient vieux.

Mais soudain, Freddie est arrivé.

Il n'avait personne pour l'aimer, alors ils l'ont adopté et l'ont élevé comme leur propre fils.

Lorsque Freddie a commencé à poser des questions, Nathan lui a raconté son histoire.

Il a dit : "je vais vous le donner directement. Ta mère biologique t'a abandonnée et comme Betty et moi ne voulions pas t'envoyer dans des foyers d'accueil, nous t'avons adoptée". Je me sentais comme un déchet, et je me souviens toujours de lui me prenant par les épaules et me disant : "ne laisse jamais cela te faire sentir mal".

"Mes parents m'ont donné tout l'amour que l'on peut désirer. Ils ont tout fait pour moi. Je n'ai jamais ressenti le besoin de chercher ma famille biologique parce que ma mère et mon père, ma Betty et mon Nathan, ils étaient tout pour moi, et je les aimais" raconte le milliardaire.

"Ce sont des gens formidables. Ils m'ont appris à être intègre, à toujours faire ce qui est juste, à ne jamais oublier d'où je viens. J'ai vu mon père toujours aider les gens, s'arrêter sur la route pour aider les étrangers, nourrir les sans-abri....", se rappelle-t-il.

"C'était un homme extraordinaire et je veux être comme lui", confesse-t-il.

De la poubelle au trésor

Nathan avait deux emplois, comme homme à tout faire, Betty May était ouvrière agricole, et bien qu'ils n'aient pas beaucoup d'argent, quand Freddie a eu 9 ans, ils lui ont acheté un cadeau qui a tout changé : un ordinateur Macintosh...cassé.

Le week-end, je partais avec mon père pour ce qu'on appelait la "junk diving", en parcourant différents quartiers à la recherche de choses que les gens avaient jetées, comme le dit le proverbe : ce qui est un déchet pour un homme est un trésor pour un autre.

Des ordinateurs "Paul Biya" pour étudiants

"J'ai toujours été fasciné par les ordinateurs. Je rêvais d'un ordinateur Gateway, mais nous ne pouvions pas nous en offrir un.

Son père l'a donc emmené dans une friperie où ils ont convaincu le vendeur de leur vendre un vieil ordinateur endommagé, pour lequel ils ont payé 24 dollars (12 964 FCFA).

"J'étais heureux. Comme il ne démarrait pas, je l'ai démonté et j'ai réalisé qu'un élément était cassé et que tout s'est déroulé naturellement. Mon père travaillait dans la maintenance et il avait beaucoup de choses à sa disposition, comme des pistolets à souder, des radios, des horloges...", raconte Freddie.

"J'ai pris des pièces d'un radio-réveil et je les ai soudées ensemble. Après une cinquantaine d'essais, j'ai finalement réussi à faire fonctionner l'ordinateur. C'est alors que j'ai su que c'était ce que je voulais faire dans ma vie", poursuit-il.

Ces ordinateurs qui rejettent votre demande d'emploi

"Cet ordinateur a effacé toute la douleur de l'intimidation. Pendant qu'on se moquait de moi à l'école, je pensais à quel point j'avais envie de rentrer chez moi et de jouer avec mon ordinateur", explique-t-il.

"J'ai appris à coder quand j'avais 10 ou 11 ans et j'ai commencé à écrire des programmes de base. C'est alors que j'ai commencé à aller de l'avant", affirme l'ancien "bébé-poubelle".

La passion en marche

Peu après avoir appris le langage des ordinateurs, il a obtenu son premier emploi. A l'âge de 12 ans.

"Je suivais un programme parascolaire et je traînais dans le laboratoire d'informatique", dit-il.

L'inventeur du "copier/coller" est décédé

"Il n'y avait pas de technicien informatique, donc quand une machine arrêtait de fonctionner, ils la débranchaient et l'empilaient avec les autres machines cassées. Je les prenais et je remplaçais les parties endommagées de l'une par les bonnes parties de l'autre".

À l'époque, le directeur exécutif du programme était le maire de la ville de Quincy, et lorsqu'elle a vu ce que Freddie avait fait, elle a été stupéfaite, a demandé la permission à ses parents et l'a apportée à la mairie.

Ils y avaient des dizaines d'ordinateurs cassés et Freddie s'est consacré à les réparer en y allant tous les jours après l'école. Il était payé 12 dollars (6 482 FCFA) de l'heure, mais "ce n'était pas tant une question d'argent... je me suis beaucoup amusé ! Je m'amusais beaucoup !"

Trois ans plus tard, alors qu'il avait 15 ans et qu'il travaillait encore pour la municipalité, une entreprise a proposé un programme de surveillance des compteurs d'eau sous pression pour 600 000 dollars (+ de 320 millions FCFA).

Comment des pirates informatiques ont extorqué 1,14 million de dollars à une université

Les fonctionnaires ont pensé que c'était une meilleure idée de le donner à Freddie, qui a créé le programme dont ils avaient besoin pour le même salaire qu'ils lui versaient.

C'est là qu'il a pris sa décision.

"À ce moment-là, l'école m'ennuyait, alors j'ai décidé d'arrêter et de créer ma propre entreprise, même si mes parents n'étaient pas d'accord", admet-il.

La chaussure de papa

Lorsque Freddie a eu 17 ans, Nathan, son père, a été atteint de la maladie d'Alzheimer.

"Je me souviens qu'une nuit, nous sommes allés nous coucher après avoir regardé un film de cow-boy qu'il aimait beaucoup, et à deux heures du matin, il m'a réveillé, fusil à la main, convaincu qu'il était le héros du film, en me disant que je devais quitter la ville. J'ai réussi à lui prendre le fusil et à le mettre au lit, mais le lendemain matin, il était parti".

Comment enquêter sur une entreprise avec 60 millions de documents

"Il quittait la maison en pensant qu'on le poursuivait et parfois il oubliait de mettre sa chemise ou son pantalon, mais j'ai remarqué qu'il ne manquait jamais de mettre ses chaussures, alors j'ai ouvert leurs semelles, j'y ai mis un circuit, avec un microphone, un haut-parleur et une carte réseau à large bande et j'ai intégré cela à mon ordinateur portable".

"Tout ça, c'était avant qu'il y ait Apple ou Google Maps, alors je l'ai intégré à Tomtom pour que, quand mon père a disparu, je puisse appuyer sur un bouton de mon ordinateur et lui demander où il était."

Même s'il a dit "je ne sais pas où je suis", dès qu'il a dit quelque chose, je pouvais dire s'il était debout, assis ou couché sur le sol.

Le GPS qu'il avait créé lui a également permis de savoir exactement où se trouvait Nathan.

Le moment est venu où la famille a commencé à insister pour qu'il soit placé dans une maison de retraite, mais Freddie ne l'a pas permis. Il l'emmenait avec lui partout où il allait.

"Il ne voulait pas m'abandonner, donc je n'allais pas l'abandonner."

Jeune et unique

Quelques années plus tard, Freddie a vendu pour plus de 2 millions de dollars la technologie de la chaussure intelligente qu'il avait créée pour s'occuper de son père. Mais c'est à cette époque que la santé de Nathan s'est détériorée et qu'il est mort.

Freddie n'a jamais pu lui acheter la voiture et le bateau de pêche qu'il aimait.

"C'est alors que j'ai appris que l'argent n'est rien d'autre qu'un outil et j'ai entrepris de faire tout mon possible pour essayer de laisser le monde meilleur quand ce sera mon tour de partir, car mon père, sans être riche, avait un impact sur la vie de beaucoup de gens, et je voulais faire de même".

Apple franchit un cap à Wall street

Et il avait un plan : lancer une société de télécommunications parce qu'il avait repéré une lacune sur le marché : les grandes sociétés n'investissaient pas dans les zones rurales comme celle où il vivait - le nord de la Floride, le sud de la Géorgie - et il n'y avait donc pas d'infrastructures leur permettant de bénéficier de connexions rapides.

"La plupart des gens utilisaient encore l'accès par ligne commutée pour accéder à l'internet. Ainsi, après 394 tentatives, la FCC m'a finalement accordé une licence".

La FCC est la Commission fédérale des communications, une agence d'État américaine indépendante sous la responsabilité directe du Congrès. La FCC est responsable de la réglementation (y compris la censure) des télécommunications interétatiques et internationales par radio, télévision, sans fil, téléphone, satellite et câble.

Lorsque Freddie a finalement obtenu sa licence d'opérateur de télécommunications à l'âge de 21 ans, il est devenu la plus jeune personne et le seul Afro-Américain à l'avoir obtenue.

Freddie a commencé par poser des câbles de fibre optique et construire des tours de téléphonie à mains nues pour construire une entreprise, Figgers Communications, qui vaut des dizaines de millions de dollars.

Mais c'est ce qu'il fait avec ses bénéfices qui le distingue.

Chaîne de faveurs

La Fondation Figgers offre des bourses aux étudiants afro-américains et fournit des secours en cas de catastrophe. Pendant cette pandémie, elle a fourni des équipements de protection individuelle et des outils d'apprentissage numérique aux enfants défavorisés.

Pendant ce temps, Freddie continue d'inventer des produits de santé, comme les chaussures intelligentes qu'il a fabriquées pour son père.

L'inspiration pour une autre de ses inventions est une autre expérience traumatisante qu'il a vécue à l'âge de 8 ans, lorsque ses parents et lui sont allés rendre visite à l'oncle de Betty May et l'ont trouvé mort d'un coma diabétique.

Ces parfumeurs qui ne sentent rien

Quatorze ans plus tard, il a créé un programme pour tenter d'éviter de tels décès.

"Les diabétiques notaient leur taux de sucre dans le sang, mais dans les zones rurales, comme en Géorgie du Sud, où vivait l'oncle de ma mère, il n'y avait personne pour aller vérifier régulièrement. J'ai donc créé un glucomètre intelligent qui, après avoir pris la mesure, la partage avec votre téléphone, vos médecins, les membres de votre famille et votre compagnie d'assurance, de sorte que si quelque chose est anormal, il envoie une alerte".

Betty May est toujours en vie, même si elle souffre également de la maladie d'Alzheimer. "Elle a toujours été très fière de moi, même si elle n'a jamais compris que je travaillais avec des ordinateurs.... elle pensait que je travaillais avec des magnétoscopes !".

Son conseil aux autres : "Ne laissez pas votre situation définir qui vous êtes et donnez des opportunités aux autres".

mardi 23 février 2021

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 

Chronique de François Zo'omevele Effa
#####
MYRENA, LA PANTHERE REBELLE par François Zoomévélé

NOUVEAUTÉ : Ekila radio arrive en 2021 EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Ella SARA - All Glory to God en téléchargement Mr Dagher - Bénédiction en téléchargement Essimo SOUL - Thank You en téléchargement
Princesse Ariane - Dimension Nouvelle en téléchargement Choeur Gospel Douala - en téléchargement FA DIESE - Au delà des frontières En téléchargement DICK L'EPHPHATA - Je Gravirai les marches en téléchargement Rostand Mballa - Tu es ma préférée en téléchargement