A LA RENCONTRE D’UNE CONTEUSE CONTEMPORAINE - CLEMENTINE VIRGINIA ALIMA
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 767 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
#####
#####
 

Elle conte en langue beti, cette talentueuse fille Ekang. Depuis un certain temps, les réseaux sociaux sont inondés par ses contes. Ils sont repris, envoyés aux amis, car elle est agréable à écouter et même à regarder. Nous l’avons rencontrée.

« Je m’appelle Alima Owona Clémentine » nous dit-elle. « Je suis une Camerounaise de 24 ans, conteuse et slameuse à mes moments libres », puis elle éclate de rire.

Quand on lui demande comment elle a acquis ses talents de conteuse, elle répond qu’elle ne savait pas qu’elle avait un talent en tant que tel. Elle voulait amuser des enfants chez des amis, et ce sont ses amis qui lui ont conseillé de diffuser ses contes sur Facebook. Et comme, sur Facebook, elle avait déjà un compte, c’était parti ainsi, et ça marche ! « La preuve, vous m’interviewez. En fait, il s’agit de souvenirs des contes que nous racontaient nos grands-mères et nos tantes dans mon village, où j’ai grandi. Je les ai retenus et je les relate, juste à ma manière. »

« Vous me parlez d’un répertoire ! » dit-elle encore en riant. « Il s’agit des contes les plus courants que l’on raconte chez nous, qui ont l’air un peu bizarre, mais aussi des contes que j’écris moi-même, sans oublier ce que des amis m’envoient sur Facebook.

« Je me suis rendu compte au fil du temps que les contes faisaient partie intégrante de la culture, et même qu’ils étaient la racine de la transmission orale, participant à la morale dans l’éducation des enfants. J’en veux pour preuve tous les messages de ceux qui me suivent. Ils ont ce point en commun : les souvenirs d’enfance autour du feu au village.

« Qui dit conte, parle de littérature orale, une littérature basée sur notre langue maternelle. Aussi, ceci m’a conduite à donner des cours d’écriture de notre langue ewondo, pour ceux qui savent déjà la parler. Et ça fonctionne très bien, nous sommes tous très contents.

« Je n’ai pas encore fait carrière, car faire carrière voudrait que j’aie un salaire, un revenu. Je fais du bénévolat, c’est une passion non lucrative. Cependant, je suis en train d’écrire mon premier recueil qui comprendra dix contes. Ensuite, viendront les spectacles dans les centres culturels et les radios aussi. On peut m’écouter régulièrement dans une émission de Radio Sud Besançon, tous les vendredis de 13 h à 18 h, en se connectant sur radiosud.net.

« Je suis aussi très intéressée par tout ce qui est agropastoral afin de sortir les jeunes de la précarité et aider les adultes à investir et à s’investir dans l’agriculture et l’élevage. Je porte un grand intérêt aux actions sociales, agissant dans ce cadre. »

Contact : Afrilien@gmail.com

mardi 26 mai 2020

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


NOUVEAUTÉ : Ekila radio arrive en 2021 EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Ella SARA - All Glory to God en téléchargement Mr Dagher - Bénédiction en téléchargement Essimo SOUL - Thank You en téléchargement
Princesse Ariane - Dimension Nouvelle en téléchargement Balo - Les mots en téléchargement Balo - Les mots en téléchargement