La croissance s'essouffle en Chine
AFP

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 25 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

L'économie chinoise pourrait avoir encore ralenti au second trimestre, en dépit des efforts de stabilisation de la conjoncture engagés par Pékin en pleine guerre commerciale avec Washington, selon des experts sondés par l'AFP.


Le chiffre officiel sera publié lundi, de concert avec une salve de statistiques mensuelles.

D'après la prévision médiane de 10 analystes, la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine devrait s'établir à 6,2 % sur un an sur la période avril-juin, contre 6,4 % au 1er trimestre 2019.

Ce chiffre reste dans la fourchette de croissance visée par Pékin cette année : entre 6 et 6,5 % (contre 6,6 % en 2018).

Le taux de croissance au premier trimestre avait « surpris positivement » en restant au même niveau que celui du dernier trimestre 2019 malgré le durcissement des tensions commerciales avec les États-Unis, rappelle Björn Giesbergen, économiste chez RaboResearch.

Le président américain Donald Trump, qui ne cesse de dénoncer l'excédent commercial de la Chine vis-à-vis de son pays, a imposé l'an dernier des droits de douane punitifs sur de nombreux produits chinois.

Washington a décidé en mai de porter ces surtaxes douanières de 10 à 25 % sur 200 milliards de biens chinois exportés annuellement vers les États-Unis, après l'échec des pourparlers avec Pékin.

Aujourd'hui, ces droits de douane punitifs ont « un impact sur l'économie chinoise », estime l'économiste Steven Cochrane de l'agence Moody's.

L'activité manufacturière en Chine s'est à nouveau contractée en juin, atteignant un plus bas depuis quatre mois. De son côté, l'indice des prix à la production - reflet de la demande intérieure - a été nul en juin, du jamais vu depuis août 2016.

'Sous pression'

Les exportations, un des piliers de l'économie du géant asiatique, sont « faibles », en particulier celles vers les États-Unis qui « sont en forte baisse » en raison de la guerre commerciale avec Washington, souligne M. Cochrane.

Mercredi, le premier ministre chinois Li Keqiang a appelé à renforcer le soutien aux entreprises tournées vers l'international et promis des allègements fiscaux.

Mais les exportations chinoises « continueront à rester sous pression » malgré la trêve dans la guerre commerciale décrétée fin juin par les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping lors du sommet du G20, tempère l'économiste d'Oxford Economics, Tommy Wu.

« Car les droits de douane existants entre les deux pays ne devraient pas être levés de sitôt et la conjoncture mondiale est tiède », prévient-il.

Vendredi, Pékin a publié des chiffres moroses sur le commerce, ses exportations reculant de 1,3 % en juin sur un an et de 7,3 % pour les importations.

Pour tenter de sortir de l'impasse de la guerre commerciale, négociateurs chinois et américains ont repris le dialogue cette semaine.

Il s'agit d'une « phase d'équilibre alternant stabilité et instabilité » qui a des conséquences néfastes sur l'ensemble de l'économie, estime Steven Cochrane.

Début juin, la Banque mondiale a ainsi revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale cette année à +2,6 % (contre +2,9 % estimé en janvier).

Établissements en difficulté

Pour soutenir son économie, Pékin s'est engagé en mars à baisser de près de 2000 milliards de yuans (386 millions de dollars canadiens) la pression fiscale et sociale sur les entreprises.

Les banques ont également été encouragées à gonfler leurs prêts aux petites entreprises, jusque-là délaissées au profit des grands groupes publics.

Mais ces mesures interviennent au moment où les autorités cherchent à lutter contre le surendettement incontrôlé qui menace son système financier.

La politique officielle de la Banque centrale est de prêter moins, ce qui a pour effet de mettre en difficulté certains établissements.

Chose rarissime dans le paysage bancaire du pays, la banque Baoshang a été placée fin mai sous tutelle pour un an, en raison des « risques de crédit » importants qu'elle posait.

L'économie chinoise est « sur une tendance baissière, les indicateurs sont mauvais et ne feront qu'empirer », pronostique Larry Hu, analyste de la banque Macquarie.

« Mais la situation n'est pas assez mauvaise pour justifier davantage de mesures de relance. »

vendredi 12 juillet 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement