L’accord entre le Ghana et la Côte d’Ivoire sur un prix plancher du cacao préfigure-t-il un nouveau panafricanisme ?
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 124 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Une question taraude les esprits en Afrique : un planteur peut-il vivre de son travail ? La réponse est non car le cours des matières premières agricoles déprime dangereusement chaque année alors que le prix de la tasse de café ou d’une barre de chocolat grimpe de manière exponentielle en Occident. Ces prix de base sont malmenés par les multinationales du négoce dont l’appétit est insatiable.

Face à ces injustices flagrantes, le planteur est condamné à travailler pour les négociants, souvent implantés localement et qui bénéficient de la complaisance rémunérée des administrations. Il est temps de réhabiliter un secteur d’activité trop longtemps bercé par une propagande eschatologique qui empêche les esprits de se tenir en éveil

Vers une nouvelle OPEP des matières premières agricoles ?

L’union fait la force et la mutualisation des produits agricoles africains pour un marché trop souvent grippé peut garantir un revenu minimum au planteur. Une étape vient d’être franchie par le Ghana et la Côte d’Ivoire qui produisent plus de 60% du cacao mondial. Ce chiffre est édifiant quand on sait que ce produit est très prisé en occident.

Les pays producteurs de pétrole sont réunis autour de l’OPEP. Ils résistent à l’appétit insatiable et vorace des gourous du négoce et de la spéculation alors qu’ils ne produisent que 40% du brut mondial.

La décision du Ghana et de la Côte d’Ivoire est à saluer. Mais, un front va bientôt s’ouvrir pour perturber et anéantir cet élan de détermination qui devrait protéger nos planteurs et leur offrir enfin une vie décente.

Le projet entre le Ghana et la Côte d’Ivoire est un grand pas vers l’union africaine. Il prend forme et préfigure un nouveau panafricanisme prôné par Kwame Nkrumah, ce héros qui anime aujourd’hui les débats parmi les élites du continent car l’union fait la force. Nos dirigeants pourraient-ils, une fois, résister à la politique néocoloniale dont le but est de diviser l’Afrique pour mieux la soumettre ?

Le cacao brut est exporté en Occident sans aucune plus-value. Des études bien élaborées ont mis en évidence que ce produit pouvait être exporté en poudre ou en beurre de cacao. Cette première étape de transformation offrirait, non seulement du travail dans les pays producteurs, mais elle permettrait aussi de garantir un prix plancher. Cette transformation ouvrirait également la voie aux produits dérivés du cacao pour une consommation locale.

Mais l’égoïsme des multinationales, ajoutée à l’inconscience des dirigeants africains, réduisent à néant toutes les opportunités de développement du continent.

Le rapprochement du Ghana et de la Côte d’Ivoire est une étape décisive pour sauver le planteur africain qui devrait retrouver sa dignité. Il peut ouvrir la voie à d’autres accords concernant nos produits agricoles et nos matières premières. Nous avons le devoir d’apprécier à sa juste valeur la décision historique de ces deux pays. Ce n’est qu’une étape qui va inéluctablement réveiller les consciences et prouver que l’Afrique peut aussi décider souverainement de son avenir pour développer ses richesses endogènes et donner un élan à une coopération inter-états.

Les États de l’Afrique Centrale producteurs de cacao devraient se joindre à cet accord pour mieux résister aux vautours du négoce qui planent sur l’Afrique. Ils consolideraient ainsi une nouvelle alliance pour la préservation de leurs intérêts communs.

L’Afrique moribonde et soumise ne peut compter que sur elle-même. Pour y parvenir, elle a besoin d’être solidaire et unie. Elle le prouve par cet accord qui n’est que le début d’un vaste et riche partenariat entre pays africains pour s’approprier ses richesses et leur donner une plus-value qui créera des emplois. Le développement inclusif est une étape décisive pour l’envol économique et social du continent.

L’Afrique ne saurait éternellement lier son avenir à des partenaires qui la vassalisent depuis des siècles.


Par Michel Lobé Etamé
Journaliste
Retrouvez l’éditorial sur notre site www.ekilafrica.com et laissez vos réactions avec modération.
Vous pouvez suivre tous les vendredis à 13h30 sur Radio Sud Besançon un débat d’actualité animé par Michel Lobé Etamé à cette adresse : http://radiosud.net/

vendredi 21 juin 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement