MEDIAS - Ces voix africaines de Radio Sud Besançon
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 109 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
#####
#####
 

Radio Sud Besançon est un média de référence de la diaspora africaine. Née dans les années 80 avec l’officialisation des radios libres, c’est l’expression des communautés et de la diaspora du Sud, et des minorités visibles. Depuis un certain temps, des voix africaines animant et participant à plusieurs émissions y apportent un ton singulier. Emmanuelle Essa, Caliste Ndjoh Kwedi alias Calixte Des Endroits, Lysette Hortense Mafoussi,


Aline Marie-Christine Zomo Bem, Alex Chou, sont animatrices et chroniqueuses dans plusieurs émissions de la radio. Nous en avons rencontré quelques unes.

Emmanuelle est, depuis six mois, salariée de cette structure associative. Elle effectue une mission de service civique pour une durée de dix mois :

« Je suis étudiante, je fais un Master II dans le domaine de la banque. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai découvert le monde de la radio.

Mon contrat m’exige vingt-cinq heures de travail hebdomadaire et, avec le tuteur maison et le CRIJ (Centre d’Information Jeunesse), nous avons mis au point des objectifs : je présente et produis des émissions ; je mets aussi en place un projet (Paroles de Femmes). Pendant les premières semaines, j’ai été initiée à la prise de son, à la technique et à la diffusion. Je suis coprésentatrice de l’émission Bonjour l’Afrique, l’une des émissions-phares de la radio. En partenariat avec le magazine Amina et d’autres journaux, je présente le journal de l’Afrique : c’est une rubrique dans laquelle je sélectionne et diffuse les principales informations de l’actualité africaine de la semaine en cours. Ca se passe tous les vendredis de 13 h à 18 h. Au cours de cette émission qui a, chaque semaine, un thème particulier, nous discutons et débattons avec différents invités. Ces invités sont des artistes de la chanson, des peintres, des écrivains, des responsables associatifs et même politiques. La ligne éditoriale reste de faire connaître la culture africaine par les Africains, ce qui n’est pas toujours le cas dans les médias occidentaux.

Je présente, toute seule, du lundi au vendredi, de midi à treize heures, l’agenda culturel de notre radio : informations sur le cinéma, le théâtre, les concerts et les musiques, les expositions, les conférences, avec un invité spécialiste de l’une de ces rubriques : comédien, musicien, responsable d’association, artiste, écrivain.

Ensuite, je coanime du lundi au vendredi les matinales, avec Abdel, de 7 h à 9 h : infos pratiques, bonne humeur, météo, informations locales, invités… Il nous arrive même de pousser la chansonnette ! Le projet Paroles de Femmes a déjà commencé. Pendant la semaine qui a conduit au 8 mars, Journée internationale des droits de la femme, nous avons invité chaque jour de 9 h à 10 h des femmes de différents horizons et de différents pays africains et des DOM-TOM. Elles nous ont raconté, chacune dans son domaine et à sa manière, leur réalité de femme dans leur pays d’origine et en France. Je reprends toute seule cette émission, qui sera le sujet de mon petit mémoire. Mais, je crois qu’après ma mission, je deviendrai animatrice de cette émission que j’initie, car les femmes ont besoin de s’exprimer. »;

Lysette est responsable d’une association locale : La Case des Cultures Africaines. Elle coprésente avec François Z., journaliste à la radio, L’Invité de la Semaine :

« Tous les mercredis, dans L’Invité de la Semaine, qui passe de 13 h à 14 h, mon rôle, dans cette émission, consiste à parler du droit des étrangers.

Nous invitons des responsables d’associations spécialisées dans le droit des étrangers, qui travaillent avec nous, Case des Cultures Africaines. Il s’agit de la Cimade, du CDDLE (Collectif de Défense des Droits et Libertés des Etrangers), de la Pastorale des Migrants, de la Ligue des Droits de l’Homme, ainsi que des responsables des services administratifs officiels en charge des questions des migrants. C’est une plateforme de médiation entre les migrants et les différents responsables. Il se pose souvent certaines incompréhensions d’ordre culturel, comme le fait que certains Africains ne portent pas de nom de famille comme en France. Certains ont tendance à croire que c’est du faux ! Pourtant, c’est culturel. Beaucoup d’auditeurs téléphonent pour savoir comment se sortir de leurs différentes situations administratives : titre de séjour, OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), camps de rétention. C’est une émission qui me permet, non seulement de me rendre utile, mais surtout de me former moi-même déjà sur le droit des étrangers, me mettant en contact avec différents avocats du Barreau spécialistes de ce droit. Nous pouvons ainsi faire connaître les réalités des migrants qui ne sont pas toujours roses, je pense précisément aux mineurs isolés. »;

Aline Marie-Christine Zomo Bem est humoriste professionnelle, elle aime se faire appeler « Ewolo Minga » -la femme forte-, la comtesse du rire, la tronçonneuse verbale :

« Depuis trois ans, je suis chroniqueuse dans Bonjour l’Afrique/Africa Mbolo que présente François. Avec Calixte Des Endroits, nous apportons une touche d’humour et parfois d’humeur. Calixte, qui est artiste de la chanson, s’est spécialisée dans les interviews de ses confrères et consoeurs.

Quant à moi, j’écris des sketches en fonction du thème de l’émission. Et je chatouille souvent délicatement nos invités afin de mettre un peu de piment à ces entretiens. Il m’arrive bien souvent de pousser la chansonnette, improvisant sur le thème de la journée ou en rapport avec l’invité. Nous parlons mode, nous parlons traditions, nous disons des contes. Il nous arrive de taper « gentiment » sur le machisme africain et les travers de nos sœurs africaines, mais très gentiment… Etant donné qu’il n’y a pas beaucoup de femmes humoristes africaines, je suis souvent surprise de voir la réaction de certains Africains quand j’aborde dans l’humour les mêmes sujets que mes confrères masculins. Alors, je les habitue, je les dresse un peu, car l’humour africain est aussi au féminin. »

On peut écouter ces émissions en direct ou en podcast en se connectant sur radiosud.net.

François Zo’omevele Effa

lundi 11 mars 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement