Résistons à la confusion des genres
Par Michel Lobé Etamé

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter5 71 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

L'incursion de certains camerounais se réclamant de la diaspora dans l'ambassade du Cameroun en France est malsaine. Elle démontre un comportement de voyous sans idéal. La violence et la mise à sac des documents administratifs relèvent de l'irresponsabilité et d'une pathologie qui ne peut trouver un écho favorable dans leurs revendications.

Nous avons le droit et le devoir de honnir ces goujats qui ne peuvent concourir à la construction de notre pays. Ces agissements sont condamnables.

Mais nous ne devons pas céder à nos émotions car le Cameroun traverse une période de turbulence dont le régime en place porte l'entière responsabilité.

En effet, le retrait de la coupe africaine des nations (CAN) aurait pu inspirer Paul Biya. Il avait l'opportunité de se débarrasser d'une équipe rompue à la corruption et à la falsification de la vérité. Il pouvait constituer un gouvernement d'union nationale pour sa dernière tournée. Il n'a pas saisi l'occasion.

Devons-nous conclure hâtivement que Paul Biya n'a plus la connaissance de ses dossiers? Cette assertion trouve sa juste valeur dans la répartition des postes ministériels. Les responsables du retrait de la CAN qui ont dilapidé les milliards sont toujours aux affaires. Ils ont même pris du galon.

L'échec de la CAN a mis au grand jour les errements et les approximations du pouvoir en place. La colère du peuple, dans un système répressif et policier a été étouffée. Mais des prémices commencent à fissurer le mur en béton construit depuis des décennies. Le peuple a besoin de s'exprimer et de lâcher sa colère.

Face à une opposition que le système broie d'une main de fer, la rue commence à balbutier. L'arrestation de Maurice Kamto et de ses partisans pour des chefs d'inculpation arbitraires met en lumière la panique qui s'installe en hauteur.

La diversion comme mode de gouvernance

Le discours de la rue, bien relayé par les médias sociaux, est la preuve cinglante que le pouvoir vient de jeter dans la mare un thème «fédérateur»: le tribalisme. Le bien nommé Maurice Kamto en serait le promoteur. Mais nous ne pouvons ignorer que le pouvoir en profite pour mieux asservir l'éveil des consciences.

Ainsi, la diversion comme mode de gouvernance, n'a pas seulement pour but de détourner les citoyens de la vérité. Elle permet aussi de focaliser leur attention sur des thèmes condamnables. Dans la configuration qui nous intéresse à l'heure actuelle, le tribalisme est au centre de tous les débats. Maurice Kamto est le responsable désigné du chaos qui se profile.

La solution du tout répressif est une erreur du pouvoir car d'autres Kamto émergeront. Ne fallait-il pas débattre des vrais problèmes? Résistons à la confusion des genres qui nous éloigne de l'essentiel: l'émergence du Cameroun au cours du troisième millénaire. Pour y parvenir, nous devons engager nos forces contre la corruption, la délinquance financière, le népotisme, l’analphabétisme, le tribalisme et le clientélisme.

Avec la cacophonie qui s'installe, nous donnons au pouvoir l'occasion de justifier sa politique répressive et caporaliste.

Le tribalisme est un fléau à combattre sans réserve. Mais il n'est pas seulement l'apanage des bamilékés. Il sert de levier au pouvoir actuel. Et c'est répréhensible en démocratie. Les vrais problèmes ne sont pas débattus. Le pouvoir en place monte au créneau pour dénoncer le risque d'éclatement du peuple avec des relents de tribalisme.

Le vrai tribalisme est au sommet de l’État. Les thuriféraires du régime s'en servent comme d'un étendard. Kamto et les bamilékés sont montrés du doigt. Le rouleau compresseur du RDPC détourne le citoyen de l'essentiel alors que la répression s'abat sur l'opposition. L'eau, l'électricité et le repas quotidien ne sont pas assurés.

Le Cameroun est confronté à une pauvreté galopante. Les inégalités sont criardes. Les injustices et le mépris du petit citoyen n'interpellent plus personne. Nous sommes tous otages d'un système qui bafoue la liberté et qui veut retourner la situation en fabricant des boucs émissaires.

Sommes-nous assez bêtes pour croire que le tribalisme d’État est moins corrosif que le tribalisme bamiléké? Tous les tribalismes sont à combattre.





Par Michel Lobé Etamé
Journaliste
Retrouvez l’éditorial sur notre site www.ekilafrica.com et laissez vos réactions avec modération.
Vous pouvez suivre tous les vendredis à 13h30 sur Radio Sud Besançon un débat d’actualité animé par Michel Lobé Etamé à cette adresse : http://radiosud.net/

vendredi 8 février 2019

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 
Par DIEUDONNE  le 12/02/2019
bonjour C'est avec un réel plaisir que je lis tes pamphlets à l' endroit des régimes Africains et de notre pays en particulier comme c'est le cas ici et je vais me permettre et essayer d’émettre un avis 1 - en ce qui concerne la coupe d Afrique des Nations tu as totalement raison de relever un constat amer pour les Camerounais dignes de ce nom car pour une humiliation on a le droit de dire que c'en a été une cependant l'homme du pourrissement qui par sa méthode a eu raison d'Ahidjo que tout le monde redoutait continue par une méthode qui lui donne toujours raison à terme il endort et réagit au moment ou tout le monde s'attend le moins ; les élections ont eu lieu et il fallait récompenser ceux qui ont œuvré a ce succès; ces malfrats ne perdent rien a attendre 2 - s agissant de Kamto il a démontré ce que toi et moi nous connaissons de ce que c'est que les bamilekes d'une part et le soutien de l’impérialisme d'autre part ce Monsieur est un grand frère qui a grandi à Essos à côté de la maison de papa. Il entre en politique et fait un repli malsain il est bamileke et fier de l'etre personne ne l'en empêche et comme si cela ne suffisait pas devant le monde entier il a dit je cite "dites moi quel concours il faut pour être BOULOU dites le moi je le ferais et je vais le braver" propos pour un futur président du Cameroun !!!!!!!!!!!! 3 - le Cameroun est dorénavant un pays souverain comme le démontre l'actuel Président. Il a diversifié nos relations CHINE RUSSIE INDE etc.....au détriment des accords d’indépendance qui nous valent aujourd'hui les guerres financées par la France l Allemagne l'Europe occidentale et j'en passe. Nul ne peut demander la libération de Kamto qui demande le recomptage des voix après que la cours constitutionnelle a proclamé les résultats en poussant à l'insurrection soutenue par la FRANCE. Nous sommes camerounais et rien ne nous ébranle BONNE LECTURE
Par PENDA le 09/02/2019
Mbombo ton papier est très bien. Clair, limpide, bien argumenté.
Par EBOLE le 09/02/2019
Edito bien pensé et bien vu... Certaines "voix" tribalistes devraient mesurer la portée de leur propos qui catalysent ce besoin de donner à la gouvernance des raisons supplémentaires de s'évertuer, comme s'il en avait besoin, de se dépasser dans l'état de confusion bien entretenu. I E-T
Par F. MUNYABAGISHA le 09/02/2019
Bonjour Michel Vous faites bien de dissocier la folie de goujats de votre noble Cause, à savoir la CREATION D'une Nation et d'Un PAYS. À vrai dire ces voyous sont des pions du régime Biya. Tous les régimes de nuit infiltrent le jour de rayonnements obscures pour empêcher le soleil de briller. Comme Africaniste et libre penseur, je tiens à vous partager, vous les porteurs de Lumière de l'Espoir, une importante brindille essentielle au démarrage de l'Eclairage. À méditer et s'approprier à volonté. 1. Cette brindille est un tout. 2. L'épée, le feu, le plomb, le poison, le fouet, la torture, le mensonge, la manipulation, sont tous des matériaux l'édification de régimes fascistes, obscurantistes. De tels régimes sont incompatibles avec les visions de Nation et de pays. 3. La foi, le dogmatisme, la lumiere astrale, unipolaire ou divine, l'idéalisme, l'elitisme et le proselytisme sont de puissants outils de l'Impérialisme. 4. Les lumières de sagesse, de science, de conscience et de la pensée forment ensemble le dieu de la création des pays et d'édification des Nations. 5. Notre defi, d'Africains, au 21e siècle est de reconnecter aux sources africaines de lumières universelles, deconnecter des presentes illusions de pays et de nations, briser les chaînes imperialistes de Bethleem et de Berlin 1885. Illuminatio et salus populi. Francois Munyabagisha Www.munyabagisha.net Adresse mobile (819) 461 0353
Par NDY le 09/02/2019
Michel !!!! Bravo pour tes articles dommage que nous soyons pas actifs pour le développement de notre continent, je te souhaite une bonne journée


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement