A PROPOS DE… Le Billet du jour
Par François Zo'omévélé Effa

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 78 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
#####
#####
 

A propos des élections présidentielles du 7 octobre prochain au Cameroun, je dirai quelques mots, des mots d’humour, des mots du jour ; je voudrais surtout vous parler de certains sentiments des Camerounais de la diaspora. Il y a sept ans déjà, si ce n’est plus, le président sortant promettait que les Camerounais de la diaspora pouvaient participer à cette élection présidentielle. Nous avons vu que lors de ces dernières élections présidentielles en France, il y a eu une mascarade, des mascarades, pour pouvoir y participer. Obtenir sa carte d’électeur était un véritable chemin de croix. Il fallait, quand on habitait la province, aller jusqu’à Paris, à l’ambassade, s’inscrire dans ce discours dithyrambique et alambiqué du régime qui, en fin de compte, accouchait d’une souris. La carte d’électeur était distribuée au compte-goutte, et quand on l’avait, il fallait repartir à Paris le jour des élections pour voter.

Suite à un article que j’ai commis dans ce journal, l’an dernier, à propos de ces élections présidentielles et de la carte électorale, il m’a été certifié de vive voix par son Excellence l’ancien ambassadeur du Cameroun à Paris et par Madame la Conseillère culturelle que la délégation de ELECAM se déplacerait dans les régions pour nous établir ces fameuses cartes électorales.

Nous attendons encore jusqu’à aujourd’hui A quoi sert-il de faire tant de publicité et de tapage pour ces inscriptions aux listes électorales ? La réponse est claire : c’est pour, comme d’habitude, créer des fausses missions avec des délégations qui vont se remplir les poches de privilèges et de frais de mission à l’étranger, en se moquant de nous.

Cependant, je voudrais vous parler des préparatifs à ces élections dans la diaspora. Le 10 septembre dernier, à Lyon-Villeurbanne, l’un des candidats, Cabral Libii, est venu pour un meeting. Pour nous en parler, nous avons rencontré Madame Charlotte Kana, l’une des organisatrices de ses meetings.

« Je suis d’origine camerounaise et je vis en France depuis 1976. Maman de trois grandes filles, je suis salariée dans une filiale du groupe Caisse des Dépôts et Consignations, en qualité de responsable comptable.

« C’est en apprenant que Monsieur Cabral Libii, candidat à l’élection présidentielle au Cameroun, venait à la rencontre des Camerounais de l’étranger en Europe (Suisse, Allemagne, Belgique, Italie et, pour finir, la France –Paris en particulier-) que j’ai contacté un de mes concitoyens, M. Djon Kondé, lui faisant la proposition que Lyon aussi puisse accueillir M. Cabral Libii. L’étape lyonnaise n’était pas prévue et nous avons usé de nos contacts au Cameroun pour que cette visite puisse avoir lieu.

« Le 10 septembre, plus de cent-soixante Camerounais et amis ont répondu présents pour écouter et dialoguer avec le futur président, Cabral Libii. Beaucoup d’entre nous ont été très enthousiastes et heureux d’entendre les propositions de ce jeune candidat pour le Cameroun nouveau. A titre d’exemple, le retour des Camerounais de l’étranger (naturalisés) avec une pluri-nationalité, nos enfants auront, de fait, la même nationalité que leurs parents.

« Les droits de douane qui seront supprimés (pour les non-commerçants) sur les produits destinés à l’économie du Cameroun.
« Les réserves foncières : tous les propriétaires auront la possibilité de borner leurs terrains gratuitement (frais administratifs), charge à eux d’acquérir le matériel pour le bornage.

« Création d’une banque destinée aux Camerounais de l’étranger afin qu’ils puissent y déposer leur avoir ; ainsi l’Etat camerounais pourrait emprunter de l’argent dans cette banque pour financer certains projets d’investissement. Notons au passage que les transferts d’argent de la diaspora ont culminé à 1,2 milliars de dollars US en 2015, soit près de 585 milliars de francs CFA.

« Le programme électoral de Cabral Libi est disponible sur Google Play et Apple Store.

« Je dirai pour finir que cette rencontre a été riche en enseignements, avec un programme ambitieux et plein d’espoir pour notre pays. Comme le dit Cabral, on va gagner cette élection mais le plus dur sera de prouver qu’on a gagné. »

Et moi je vous dis que le 7 octobre n’est plus très loin, et je me répète toujours, comme hier : à quoi sert-il vraiment de faire tant de bruit, tant de démarches, tant de conférences, tant de marches, tant de motions de soutien et de discours, et de promesses, sachant d’avance quel sera le résultat. J’ai presque envie de chanter en guise de conclusion, comme Joe Dassin : « Ca va pas changer le monde… »

François Zo’omevele Effa

vendredi 21 septembre 2018

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
Newsletter
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement