Iran: une école religieuse attaquée par des manifestants sur fond de tensions
AFP

Envoyer
Imprimer Commentaires - Ajouter0 45 Diminuer la taille de la police Augmenter la taille de la police
#####
 

Des manifestants iraniens ont attaqué une école religieuse à Karaj, une province située près de Téhéran, a rapporté samedi l'agence de presse Fars, sur fond de tensions à l'approche du retour des sanctions américaines.

Ces derniers jours, des manifestations rassemblant plusieurs centaines de personnes ont eu lieu dans plusieurs grandes villes comme Chiraz (sud), Ahvaz (sud-ouest), Machhad (nord-est) et Karaj (près de Téhéran), alors que les difficultés économiques attisent la colère contre le système politique.

Les autorités n'ont pas donné de détails sur ces protestations, tandis que les médias conservateurs ont mis l'accent sur les attaques contre des établissements symboliques, tels que les édifices religieux.

"Vers 21H00 vendredi (15H30 GMT), environ 500 manifestants ont attaqué l'école, tentant de briser ses portes et de brûler des objets", a déclaré à Fars - agence proche des conservateurs - Hojateslam Hindiani, le directeur de l'école située dans la ville de Ishtehad.

Les protestataires "sont arrivés avec des pierres et ont brisé toutes les fenêtres de la salle de prière, scandant des slogans contre le régime", a-t-il affirmé. Ils ont ensuite été dispersés par la police anti-émeutes et certains arrêtés.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux mais dont l'origine n'a pas pu être identifiée ont aussi montré des manifestations dans des villes touristiques comme Ispahan (centre) ainsi qu'à Téhéran jeudi. Sur certaines images, des slogans radicaux comme "Mort au dictateur" sont scandés.

Les médias étrangers sont interdits de couvrir les manifestations "non autorisées", et les autorités accusent des groupes d'opposition liés aux Etats-Unis, à Israël ou à l'Arabie saoudite d'être derrière ces mouvements.

- "Pression maximale" -

Les images suggèrent toutefois que ces manifestations n'ont pas l'ampleur des troubles de décembre et de janvier, quand au moins 25 personnes avaient été tuées dans des protestations qui avaient agité des dizaines de villes.

Mais le gouvernement du président Hassan Rohani doit faire face à l'opposition des conservateurs et des responsables religieux qui critiquent son action auprès de l'Occident et souhaitent tirer parti de la colère contre la corruption pour le renverser.

Le site d'information conservateur Qom News a publié une vidéo d'une manifestation dans la ville sainte de Machhad après la prière de vendredi, au cours de laquelle un dignitaire religieux accuse des responsables politiques de "ne pas se soucier des problèmes du peuple".

"La plupart ont deux passeports et leurs familles vivent à l'étranger. La justice doit les retrouver et les arrêter", a-t-il lancé devant la foule.

Ces tensions et troubles interviennent au moment où l'inquiétude des Iraniens grandit à l'approche du retour des sanctions américaines, qui menacent de déstabiliser davantage une économie déjà à la peine.

Washington, qui s'est retiré unilatéralement en mai de l'accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien, dit vouloir exercer une "pression maximale" sur l'Iran à travers de nouvelles sanctions mises en place à partir du 7 août et au mois de novembre.

La première phase des nouvelles sanctions inclut des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des sanctions sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale en Iran.

- Cinq ATR livrés dimanche -

Evitant de peu le retour des sanctions, la compagnie aérienne Iran Air a annoncé samedi qu'elle allait recevoir dimanche la livraison de cinq nouveaux avions de la coentreprise ATR.

Ces appareils sont fabriqués par le constructeur européen Airbus et de l'italien Leonardo-Finmeccanica, mais un peu plus de 10% de leurs pièces sont conçues aux Etats-Unis, ce qui les soumet aux sanctions.

Téhéran affirme que cet isolement économique l'empêche, entre autres, de renouveler sa flotte d'avions vieillissante et met ainsi des vies en danger.

En février, la compagnie Aseman Airlines a été contrainte de laisser à terre sa flotte d'avions ATR après le crash de l'un d'eux dans les montagnes de Zagros, qui avait tué les 66 personnes à bord.

La seconde phase des sanctions, qui concerne notamment le secteur pétrolier et gazier et la banque centrale, sera appliquée le 5 novembre.

Bien que les petites entreprises étrangères se soient engagées à contourner les sanctions américaines, des multinationales telles que les compagnies françaises Total et Peugeot et allemande Siemens ont déjà annoncé leur intention de se retirer.

La pression américaine pèse également sur la monnaie iranienne, qui a perdu environ deux tiers de sa valeur en six mois.


samedi 4 août 2018

Dans la même catégorie

Commentaires

Nom / Prénom / Pseudo
*
Votre email
*
Votre commentaires*
Le formulaire est verrouillé..
Cliquez ici pour désactiver la sécurité du formulaire

 


EBANDA Manfred 1935 - 2003 - Compilations 2013 des plus belles reprises d'AMIE (AMI OH) en téléchargement Henry Njoh en téléchargement Dina Bell en téléchargement Charles Lembe en téléchargement Album Micheline Ewang - Dissongo en téléchargement Ben Decca en téléchargement
The Very Best of - Bell'A NJOH en téléchargement